Nous rejoindre

Societe

Brouteurs de Côte d’Ivoire : Voici leur mode opératoire criminel

Publié

le

Photo : Google
Temps de lecture : 2 minutes

IvoireSoir.net vous livre grâce à l’un de ses spécialistes en cybercriminalité le mode opératoire des brouteurs de Côte d’Ivoire.

Le modus operandi des brouteurs ou cybercriminels

Leur mode opératoire n’est pas forcement inconnu par la plupart des Ivoiriens car leur propre indiscrétion, la pluralité des acolytes qui interviennent dans chaque opération d’escroquerie, les coups qui tournent mal entre eux, leur attitude fortement exhibitionniste… sont entre autres des pistes qui dévoilent leurs manèges et techniques de travail même les plus redoutables.

Les peaux grattées, leur cible favorite

Ce mode opératoire peut se développer en plusieurs points dont ces quelques-uns. Création de plusieurs adresses électroniques sur différents navigateurs (Google, Msn messenger, Facebook, Yahoo, Aol, windows live, viber…) Avec ces adresses, ils procèdent à la recherche des adresses e-mails de personnes d’origine occidentale communément appelées chez nous « les peaux grattées » ou toute autre personne vivant hors du territoire ivoirien, fréquentent les sites de rencontre prisés par « les peaux grattées » à la recherche d’âmes-sœurs, s’inscrivent sous la mention « féminin » à tel enseigne qu’au fil des échanges ils finissent par obtenir tous les contacts de ces derniers y compris les adresses électroniques.

Un logiciel d’extraction d’adresses mails

Saisir n’importe quel prénom et le nom d’un pays sur un moteur de recherche. La page qui s’affiche est directement soumis à un logiciel qui extrait toutes les adresses mails.

  • Etablissement de faux documents pour correspondre exactement au profil féminin déclaré. Donc pratique du faux et usage de faux ;
  • Développement de relation sentimentale avec la victime pour mieux l’appâter et le cueillir comme un fruit mur ;
  • Création de sociétés anonymes, d’entreprises avec de faux documents et de fausses identités pour se faire passer pour un homme d’affaire, un fondé de pouvoir ou autre;
  • Opérations effectuées toujours en réseaux;
  • Fréquentation de sorciers (Marabouts, féticheurs, devins, prêtres animistes…) pour « attacher mystiquement » leurs correspondants, l’esprit et l’âme de ces derniers qui finissent par devenir de grosses victimes sans s’en rendre compte.

La magie noire et les millions à flot

C’est l’effet de la magie noire. Et cet effet magique qui est la clé de voûte pour faire couler les millions à flot ne peut jamais s’obtenir à leur yeux qu’avec un pacte signé avec le diable. Et c’est en effet de là que les recommandations fermes sont données par le sorcier à son client et partenaire brouteur. Pour obtenir sans ambages la satisfaction recherchée, il n’hésitera pas un seul instant à prendre tous les risques pour trouver la matière première qui lui est demandée : le corps humain, ses liquides et ses composantes. D’où l’origine des sacrifices rituels dont la première traduction ou manifestation est l’enlèvement des personnes en général et des enfants en particulier avant donc toute entrée au laboratoire mortifère des sorciers. Ce qui explique clairement la recrudescence et l’augmentation des disparitions de personnes plus qu’en période électorale, période habituellement identifiée entant que telle.

Des compliques dans l’administration publique

Si les brouteurs opèrent toujours en réseau, un réseau qui comporte indubitablement de grands complices tels que de vrais agents d’administration publique (Police, gendarmes, administrateurs), des caissières des maisons de transfert d’argent, des agents de banques, des filles ou femmes qui rodent autour d’eux pour faciliter certaines tâches, leurs parents (Mères, pères, grandes sœurs et grand frères, tantes et oncles, cousins et autres…) ne sont pas en reste du fort soutien communautaire que ces malfrats du net et assassins potentiels bénéficient à ciel ouvert.

 

Source : Ivoirseoir.net

Vos commentaires