Nous rejoindre

A la Une

Alain Lobognon: «Voici celui qui a détourné les primes des Éléphants»

Publié

le

L'ex-Ministre Alain Lobognon
Temps de lecture : 2 minutes

La question des primes non payées des Éléphants, Champion d’Afrique 2015, continue de faire grand bruit. Alain Lobognon, ministre des Sports d’alors, dit enfin sa part de vérité sur cette affaire qui est loin d’avoir livré tous ses contours.

Yaya Touré et ses coéquipiers de la sélection nationale ivoirienne ont été très héroïques en Guinée équatoriale en décrochant le second sacre des Éléphants en Coupe d’Afrique des nations (CAN). De retour au pays, les joueurs ivoiriens et l’encadrement technique ont eu droit à un hommage national, après avoir été reçus par le Président Alassane Ouattara au Palais présidentiel d’Abidjan.

A cette récompense présidentielle et à la célébration populaire au stade Félix Houphouët-Boigny devraient s’ajouter les primes offertes par le ministère de tutelle, le ministère de la Promotion de la Jeunesse, des Sports et des Loisirs. Mais un scandale éclata au sein de ce département, et ces primes n’ont pas été payées. Le ministre Alain Lobognon a par la suite été limogé de son poste, le 13 mai 2015.

Quatre années après les faits, alors que les Éléphants sont encore en compétition à la CAN 2019, le principal accusé a tenu à lever un coin de voile sur cette affaire rocambolesque. Dans une vidéo publiée sur les réseaux sociaux, le Député de Fresco est revenu sur le sujet.

« J’étais ministre dans ce gouvernement. J’avais demandé que les primes des footballeurs, les primes des sportifs soient payées via la banque du Trésor. Je crois que la meilleure réponse qui m’a été donnée était de créer une banque du RDR. Lobognon parle, on dit “il a détourné la prime des éléphants” », a-t-il indiqué, avant d’ajouter : « Mais, je ne suis pas le directeur général de la banque du Trésor. Je demande ce soir aux Ivoiriens de demander au Directeur général de la banque du Trésor. »

Lire suite de l’artiste ici : https://www.afrique-sur7.fr/428925-alain-lobognon-detourne-prime-elephants

Vos commentaires

A la Une

Crise du Burida : Le ministre Bandaman dit et se contredit

Publié

le

Temps de lecture : 2 minutes

D’une posture qui faisait penser qu’il n’y avait pas l’ombre d’une crise au Burida, le ministre ivoirien de la culture et de la francophonie vient de faire un virage à 180°. Explications.

 

 

 

Le samedi 18 mai 2019, le ministre Maurice Bandaman de la culture et de la francophonie visitait les stands de l’édition 2019 du Salon International du Livre d’Abidjan (SILA).  Invité au micro de l’émission radio Carrefour week-end de Fréquence 2, M. Bandaman avait eu ces mots : « il n’y a pas de crise au Burida, il n’y a aucune crise au Burida ». Il pensait ainsi clore tout débat sur la crise qui secouait déjà le Bureau ivoirien du droit d’auteur.  Deux mois, jour pour jour, après cette déclaration  péremptoire de M. Bandaman est en contradiction  totale avec ses propos  du 18 mai.  Le ministre  a même changé de ton le mardi 16 mai : «je veux vous supplier d’accepter qu’on reporte cette restitution du rapport d’audit » a-t-il déclaré aux artistes qui réclament la publication des résultats de l’audit sur le Burida. Et M. Bandaman de poursuivre : « je veux la paix malgré les injures, les calomnies dont je suis l’objet … si j’ai fauté, moi-même en tant que  ministre, je rends ma démission au président de la République ». M. Bandaman  est allé au-delà des mots puisqu’il  vient de suspendre Mme Irène Vieira (DG du Burida) et Séry Sylvain (PCA du Burida) de leurs fonctions. Mais en attendant, les résultats de l’audit qui aurait pu motiver une telle décision de suspension ne sont toujours pas connus.

Vos commentaires
Lire plus

A la Une

De bonnes nouvelles pour le métro d’Abidjan

Publié

le

Alassane Ouattara et E. Macron
Temps de lecture : 1 minute

Les choses sont maintenant bien en place en ce qui concerne le projet du métro d’Abidjan, a indiqué Ouattara, le 10 juillet 2019 de retour à Abidjan.

« Au plan national, nous avons évoqué les dossiers en cours tels que le métro d’Abidjan. Les choses sont maintenant bien en place en ce qui concerne les discussions, l’accord sur les prix et les détails techniques », a déclaré Alassane Ouattara relativement à sa rencontre avec le président français.

Le Métro d’Abidjan est un réseau ferroviaire de transport urbain qui  desservira l’agglomération d’Abidjan comprenant quelque 5 millions  d’habitants.

La  France a accordé à l’Etat de Côte d’Ivoire 1.394 milliard de francs CFA sur la période 2017-2020. Sur cet appui financier, un peu plus des deux  tiers, soit 918,33 milliards de francs CFA devraient permettre de couvrir  l’engagement total pour cette infrastructure ferroviaire.

Pour Alassane Ouattara, cette rencontre avec Macron, s’inscrit dans le cadre de leurs consultations régulières.  « Nous avons évoqué également l’académie internationale de lutte contre le terrorisme où les travaux vont commencer assez rapidement ainsi que d’autres projets d’intérêt national », a relevé le chef de l’Etat.

Alassane Ouattara et le métro d’Abidjan

Poursuivant, le chef de l’Etat a indiqué avoir abordé avec le président français, les questions régionales, notamment la persistance des foyers de tensions et de conflits communautaires dans certains pays de la sous-région.

Source : Yeclo.com

Vos commentaires
Lire plus

A la Une

Le dernier esclave des Etats-Unis était béninois

Publié

le

Photo : BBC
Temps de lecture : 1 minute

Ils étaient des dizaines de millions d’Africains arrachés au continent et déportés dans le nouveau monde pour être esclavagisés.  Ces enfants, ces femmes et ces hommes sont morts dans la servitude, dans l’humiliation et dans l’anonymat (pour la plupart d’entre eux). Mais une chercheuse (Hanna Durkin) a découvert l’identité de la dernière esclave volée à l’Afrique.

Elle s’appelait Redoshi. Elle avait 12 ans et vivait dans son village au Benin. Un jour  de 1860,  Redoshi a été  a été kidnappée par des marchands d’esclaves. L’adolescente a été vendue, mise dans les fers et déportée à fond de cale aux Etats-Unis. Redoshi  était dans l’un des derniers bateaux négriers à se rendre aux Etats-Unis.

Elle  a vécu dans l’univers concentrationnaire qu’était le nouveau monde pour les Africains déportés. Redoshi a dû changer de nom sous les coups de fouets, les violences sexuelles et autres humiliations de ses maîtres. Redoshi est devenue Sally Smith (du nom de son propriétaire). Après une vie de servitude forcée,  elle est morte en 1937. Ce qui fait d’elle la dernière survivante des esclaves que les navires négriers ont déporté aux Etats-Unis pendant plus de 400 ans.

Vos commentaires
Lire plus

A la Une

Côte d’Ivoire: un mandat d’arrêt international décerné contre Akossi Bendjo, ex-maire du Plateau

Publié

le

Photo : APANews
Temps de lecture : 2 minutes

Un mandat d’arrêt international a été décerné contre Akossi Bendjo, ex-maire du Plateau, le Centre administratif et des Affaires d’Abidjan, condamné à 20 ans de prison et plus de 10 milliards Fcfa d’amende pour détournement de fonds publics, a dit vendredi à la presse le procureur de la République, Richard Adou.

« Le tribunal a décerné un mandat d’arrêt international » à la fin  de la session contre l’ex-maire du Plateau Noël Akossi Bendjo, a indiqué  le procureur de la République Christophe Richard Adou, lors d’une  conférence de presse à son Cabinet.

Il a  souligné que n’étant pas dans son pays, le parquet va envoyer une  commission rogatoire internationale,  dans la mesure où les autorités  judiciaires ivoiriennes ne peuvent pas aller au-delà de leurs  frontières, afin de permettre qu’ il soit arrêté en vertu de la  convention qui lie la Côte d’Ivoire à ce pays.

Cette  conférence de presse intervient après des « interrogations » des  populations qui évoquent « un caractère sévère de la peine, une amende  exorbitante aux relents politiques » et le fait que M. Akossi Bendjo  soit jugé en son absence et sans avocat pour défendre ses intérêts.

Le  procureur a expliqué que l’enquête a permis de découvrir que le maire  révoqué avait signé avec Négoce Communication (Negcom) un contrat en vue  du recouvrement des taxes de publicité et d’occupation du domaine  public, mais « les sommes recouvrées n’ont jamais été reversées dans les  caisses de la mairie ».

Concernant la peine,  il a noté que l’article 110 du code pénal indique que « lorsque la  valeur des choses obtenues au moyen des crimes et délits est égale ou  supérieure à 25 millions Fcfa, la peine est comprise entre 10 et 20  années ».

Il est reproché à M. Akossi Bendjo  d’avoir détourné plus de 5 milliards Fcfa. En outre, le procureur a dit  que l’actuel maire, Jacques Ehouo, député du Plateau, cité dans le cas  de cette procédure et inculpé, sera entendu quand l’Assemblée nationale  va lever son immunité pour pouvoir poursuivre les enquêtes le  concernant.

 

Lire la suite sur: http://apanews.net/fr/news/cote-divoire-un-mandat-darret-international-decerne-contre-akossi-bendjo-ex-maire-du-plateau/

Vos commentaires
Lire plus

En bref