Nous rejoindre

Societe

Brouteurs de Côte d’Ivoire : Voici leur mode opératoire criminel

Publié

le

Photo : Google
Temps de lecture : 2 minutes

IvoireSoir.net vous livre grâce à l’un de ses spécialistes en cybercriminalité le mode opératoire des brouteurs de Côte d’Ivoire.

Le modus operandi des brouteurs ou cybercriminels

Leur mode opératoire n’est pas forcement inconnu par la plupart des Ivoiriens car leur propre indiscrétion, la pluralité des acolytes qui interviennent dans chaque opération d’escroquerie, les coups qui tournent mal entre eux, leur attitude fortement exhibitionniste… sont entre autres des pistes qui dévoilent leurs manèges et techniques de travail même les plus redoutables.

Les peaux grattées, leur cible favorite

Ce mode opératoire peut se développer en plusieurs points dont ces quelques-uns. Création de plusieurs adresses électroniques sur différents navigateurs (Google, Msn messenger, Facebook, Yahoo, Aol, windows live, viber…) Avec ces adresses, ils procèdent à la recherche des adresses e-mails de personnes d’origine occidentale communément appelées chez nous « les peaux grattées » ou toute autre personne vivant hors du territoire ivoirien, fréquentent les sites de rencontre prisés par « les peaux grattées » à la recherche d’âmes-sœurs, s’inscrivent sous la mention « féminin » à tel enseigne qu’au fil des échanges ils finissent par obtenir tous les contacts de ces derniers y compris les adresses électroniques.

Un logiciel d’extraction d’adresses mails

Saisir n’importe quel prénom et le nom d’un pays sur un moteur de recherche. La page qui s’affiche est directement soumis à un logiciel qui extrait toutes les adresses mails.

  • Etablissement de faux documents pour correspondre exactement au profil féminin déclaré. Donc pratique du faux et usage de faux ;
  • Développement de relation sentimentale avec la victime pour mieux l’appâter et le cueillir comme un fruit mur ;
  • Création de sociétés anonymes, d’entreprises avec de faux documents et de fausses identités pour se faire passer pour un homme d’affaire, un fondé de pouvoir ou autre;
  • Opérations effectuées toujours en réseaux;
  • Fréquentation de sorciers (Marabouts, féticheurs, devins, prêtres animistes…) pour « attacher mystiquement » leurs correspondants, l’esprit et l’âme de ces derniers qui finissent par devenir de grosses victimes sans s’en rendre compte.

La magie noire et les millions à flot

C’est l’effet de la magie noire. Et cet effet magique qui est la clé de voûte pour faire couler les millions à flot ne peut jamais s’obtenir à leur yeux qu’avec un pacte signé avec le diable. Et c’est en effet de là que les recommandations fermes sont données par le sorcier à son client et partenaire brouteur. Pour obtenir sans ambages la satisfaction recherchée, il n’hésitera pas un seul instant à prendre tous les risques pour trouver la matière première qui lui est demandée : le corps humain, ses liquides et ses composantes. D’où l’origine des sacrifices rituels dont la première traduction ou manifestation est l’enlèvement des personnes en général et des enfants en particulier avant donc toute entrée au laboratoire mortifère des sorciers. Ce qui explique clairement la recrudescence et l’augmentation des disparitions de personnes plus qu’en période électorale, période habituellement identifiée entant que telle.

Des compliques dans l’administration publique

Si les brouteurs opèrent toujours en réseau, un réseau qui comporte indubitablement de grands complices tels que de vrais agents d’administration publique (Police, gendarmes, administrateurs), des caissières des maisons de transfert d’argent, des agents de banques, des filles ou femmes qui rodent autour d’eux pour faciliter certaines tâches, leurs parents (Mères, pères, grandes sœurs et grand frères, tantes et oncles, cousins et autres…) ne sont pas en reste du fort soutien communautaire que ces malfrats du net et assassins potentiels bénéficient à ciel ouvert.

 

Source : Ivoirseoir.net

Vos commentaires

Societe

Confidence : mon frère est bon au lit, je veux qu’il m’épouse

Publié

le

Photo d'illustration
Temps de lecture : < 1 minute

C’est l’histoire d’une jeune camerounaise de 22 ans qui a voulu rester dans l’anonymat tout en se livrant à cœur ouvert. Sa vie est celle d’une jeune fille, devenue très tôt orpheline après son entrée à l’Université suite à un accident mortel dont ont été victimes ses parents.

Ce n’est qu’après ce choc qu’elle a décidé de quitter la ville de Yaoundé pour se rendre au Sud (Ebolowa) pour rester avec son frère. Celui-ci s’est donc attaché à elle avec un amour protecteur. Il l’amenait partout, en boite de nuit, au travail, au restaurant. Bref il n’aimait pas la voir seule.

Un jour, raconte-t-elle, après une virée en boite de nuit, revenue ivre, elle s’est retrouvée toute nue le matin dans les bras de son frère. Elle lui a demandé s’ils avaient fait l’amour et il a dit oui. Elle dit n’avoir pas été dérangée du tout.

«le lendemain, je suis venue dans sa chambre et je l’avais forcé à coucher avec moi une fois de plus; je lui ai dit que c’était la seule façon que je pouvais oublier la douleur…il a accepté et nous avons commencé à coucher tous les jours. C’était le meilleur moment de ma vie. Il était si bon au lit…Je voulais qu’il m’épouse. Il m’a dit que je vais trouver un homme qui va m’aimer et me marier avec lui».

Pris dans l’embrassas, nostalgique des nuits passées entre les jambes de son frère, elle ne sait plus comment vivre sans lui. Elle demande de l’aide car en plus d’être seule, elle est jalouse quand la petite amie de son frère arrive à la maison.

 

Algor / Onvoitout.com

Vos commentaires
Lire plus

Societe

La mère d’un suspect du procès pour pédopornographie: «Je ne laisserai jamais tomber mon fils. Il a besoin d’aide»

Publié

le

Niels M / @7sur7.be
Temps de lecture : 4 minutes

«Mon fils a fait de graves erreurs. Il le sait. Et moi aussi. Mais c’est toujours mon fils». C’est ce qu’a déclaré la mère du suspect de Saint-Trond, âgé de 31 ans, qui est actuellement jugé avec quatre autres hommes dans le cadre du procès pour pornographie infantile. «Je ne laisserai jamais tomber Niels. Il a besoin d’aide»

Elle a 58 ans, vit en Espagne depuis des années et est une femme d’affaires prospère qui loue et vend des maisons. Son fils, Niels M., était également un entrepreneur prospère jusqu’à son arrestation. Aujourd’hui, il est toujours cogérant d’une grande entreprise en Norvège. Même s’il est impliqué dans un dossier de pédopornographie depuis 26 mois maintenant.

Sa mère s’est envolée pour la Belgique cette semaine. Elle fait cela tous les mois. «Ensuite, je parle à Niels tous les jours pendant une heure en prison», dit-elle. Pour l’instant, il n’est toutefois pas autorisé à recevoir des visiteurs. Car depuis la fuite des nouvelles, les autres prisonniers ont attaqué le Limbourgeois. Ils l’ont appelé «sale pédo» et l’ont battu. Pour sa propre sécurité, il se trouve maintenant dans une cellule spéciale à régime adapté. En conséquence, il lui est temporairement interdit de recevoir des visiteurs.

Rien n’est plus comme avant depuis novembre 2017. «Mon téléphone a sonné et un numéro 09 est apparu sur mon écran. J’ai pensé: un client. C’était Niels. J’ai demandé ce qu’il faisait dans le pays». «Je suis à la prison de Gand, maman», a-t-il dit. Elle n’a pas eu beaucoup plus d’explications. Son fils lui a dit que son avocat était Jan Leysen. Puis elle a entendu une femme en arrière-plan dire à au gardien de prison qu’il ne devait pas appeler. La connexion a été coupée.

Le lendemain, elle était déjà dans un avion pour la Belgique. Je voulais voir son avocat dès que possible. Cette réunion a été une douche froide. L’avocat n’y a pas été par quatre chemins. «Pornographie enfantine», a-t-il déclaré. Je suis tombé de ma chaise. Je ne pouvais pas le comprendre. De la pornographie enfantine? Niels? Il y a quelques années, son fils avait été mentionné dans une enquête espagnole, mais rien n’avait été trouvé.

Beaucoup de pleurs

Aujourd’hui, Niels M. se trouve à la prison de Termonde. Mais la première fois qu’elle a vu son fils arrêté, c’était à la prison de Gand. «Je peux encore voir cette image devant moi: tous les visiteurs étaient prêts, puis cette porte s’est ouverte. J’ai vu Niels, il m’a vu. Nous marchions l’un vers l’autre – ce n’était pas permis. Nous n’en savions pas beaucoup sur les règles. On n’a pas dit grand-chose la première fois. La femme et le fils de Niels y étaient aussi. Nous avons tous beaucoup pleuré».

La femme de Niels M. vit aujourd’hui avec son beau-fils et son fils en Allemagne. «Ils sont toujours une famille. Elle rend aussi régulièrement visite à Niels. Avec les enfants». Elle sait son fils n’a jamais abusé de ses propres enfants ou ne les a jamais fait se prostituer. «Sinon, ils ne seraient pas autorisés à visiter Niels.»

Selon les inspecteurs pourtant, Niels M. a fait des photos et des vidéos de ses enfants. Ils les ont trouvées chez les autres suspects. Dans une de ces vidéos, son beau-fils et son fils sont allongés sur le lit. Un enfant doit masser l’autre. Ils sont nus. Beaucoup de chats portent sur ces deux garçons.

«J’ai lu le dossier de a à z», dit la mère de Niels. Ce qu’il a écrit sur son propre fils et son beau-fils est horrible. Ces mots m’ont rendu malade! Bien sûr, je l’ai interrogé à ce sujet. Chaque fois que je lisais quelque chose dans le dossier, je le confrontais. Niels a répondu à tout. Il dit qu’il a fait beaucoup de conneries dans ces chats.

Il m’a expliqué que ce n’est pas parce qu’il a écrit quelque chose, que c’est vraiment arrivé. Il voulait tellement appartenir à ce groupe. Et pour cela, il devait parfois «prouver» quelque chose. Elle se tait pendant un long moment, puis se frotte les yeux avec les mains. «Bien entendu, je ne vois pas ce qu’il y a de si intéressant à appartenir à un tel gang

Abusé

Pourtant, elle pense voir une raison. «Après l’arrestation de Niels, la police fédérale m’a interrogée. Ils m’ont soudain demandé si je savais que Niels avait été maltraité quand il avait six ans. Je vous demande pardon? Je suis tombée des nues». C’est également une question qu’elle a posée à son fils en prison. Il l’a admis et s’est complètement effondré pendant cette heure de visite.

Ensuite, Niels et moi en avons longuement parlé. Il a été maltraité par un garçon du coin. Plusieurs fois. Mais il n’a pas osé nous le dire, de peur que nous réagissions mal. Il a dit qu’il essayait juste de s’en sortir et a cherché d’autres victimes sur Internet. C’est ainsi qu’il est arrivé au mauvais endroit.

La mère dit qu’elle se sent coupable.

Niels ne me blâme pas, mais avec le recul, j’aurais dû le savoir. Niels avait souvent un regard triste, même quand il riait.

Mais quand je demandais si quelque chose n’allait pas, c’était toujours «non». Aucune plainte n’a jamais été déposée contre l’agresseur de son fils. «Ces faits sont prescrits.» L’auteur qui a été identifié par son fils a été interné à l’époque, après qu’il eut violé et extorqué plusieurs femmes. «Je ne sais pas vraiment si ses parents savent ce que leur fils a fait à Niels.»

Serviette sur le visage

Niels M. a spontanément avoué des faits terribles à sa mère après son arrestation. Qu’il a violé un garçon du coin alors qu’il était lui-même mineur. Et qu’il a également pris des photos de ces abus.

Quelque chose que la victime ignorait lorsque la police l’a interrogé dans le cadre de cette enquête judiciaire. Le jeune homme a déclaré que Niels lui avait dit de s’allonger sur un drap dans un abri de jardin. Il a mis une serviette sur le visage de sa victime pendant l’agression. «J’ai lu ça aussi. C’est terrible». La mère de Niels est toujours en contact avec la famille de cette victime.

«Ces gens ne me regardent pas de travers. Ils savent que c’est Niels qui l’a fait, pas moi». «Si avant cela, j’avais entendu que des parents rendaient visite à leur fils accusé de possession, de production et de distribution de pornographie enfantine, j’aurais dit : » Ils sont fous ou quoi ? Maintenant, je le comprends. Après tout, c’est votre enfant, quoi qu’il ait fait.

J’aurais été le premier à dire qu’ils doivent enfermer les suspects de pédopornographie le plus longtemps possible. Mais plus maintenant. D’accord, Niels doit être puni. Mais par-dessus tout, il a besoin d’aide. Avec Niels M., deux autres Belges ainsi qu’un Néerlandais et un Britannique sont en procès à Termonde.

Source : 7sur7.be

Vos commentaires
Lire plus

Societe

27è Congrès de l’Union postale universelle (UPU Abidjan 2020): le ministre Mamadou Sanogo reçoit le Vice-Directeur général Pascal Clivaz

Publié

le

© Ministères par DR Des experts de l`Union postale universelle en visite de travail à Abidjan En visite de travail à Abidjan, des experts de l`Union postale universelle ( UPU) ont été reçus en audience par le Ministre de l`économie numérique et de la poste Mamadou Sanogo ce lundi 20 janvier 2020 à son cabinet au Plateau.
Temps de lecture : < 1 minute

Le Ministre de l’Economie Numérique et de la Poste, Monsieur SANOGO Mamadou, a reçu à son cabinet ce lundi 20 janvier 2020, une délégation de l’Union Postale Universelle (UPU), dans le cadre des préparatifs du 27ème Congrès postal qui aura lieu à Abidjan du 10 au 28 août 2020. La délégation composée de six experts de l’UPU, conduite par Pascal Clivaz, Vice-directeur général du Bureau International, séjournera à Abidjan du 20 au 23 janvier 2020, pour s’enquérir de l’état d’avancement des travaux préparatoires du congrès.

A cet effet, le vice-directeur général de l’UPU aura des séances de travail avec les équipes organisationnelles du congrès, à savoir, le Comité Scientifique (CS), le Secrétariat Permanent à l’Organisation (SPO) ainsi que tous leurs démembrements que sont les commissions techniques, pour s’assurer que les préparatifs avancent dans le bon timing.

L’agenda du Vice-DG comprend également des audiences avec le Premier Ministre, Amadou GON, le Vice-Président de la République Daniel Kablan Dubcan et le Chef de l’Etat, Alassane Ouattara.

R. K.

Vos commentaires
Lire plus

Societe

Les véhicules d’Africab vendus aux enchères

Publié

le

Photo: 7info
Temps de lecture : < 1 minute

Les véhicules de la société Africab Sarl seront mis en vente aux enchères publiques par les soins de Me Saye Françoise, Commissaire de justice, ce mardi 14 janvier, sur « requête de Madame Mockey Sarah épouse Ahepka et 19 autres. »

C’est en 2015 que Vangsy Goma, jeune congolais, installe ce nouveau type de taxi, à la demande, un « uber » à l’ivoirien, à Abidjan.

Le jeune entrepreneur qui entend révolutionner le transport urbain avec chauffeur, dans des conditions idoines, aura formé un peu plus d’une centaine de chauffeurs à Abidjan.

Mais, l’aventure aura fait long feu et ce mardi, la flotte d’Africab Sarl sera mise en vente aux enchères.

Ce sont  des voitures de types Peugeot 301, Toyota Yaris et Avanza, Hyundai H-1, Peugeot 508 qui seront sur le marché.

7info.ci

Vos commentaires
Lire plus

ça été l'actu