Nous rejoindre

A la Une

Des services de l’administration des mines reçoivent sept véhicules

Publié

le

Photo: AIP/ Le DR des Mines de San Pedro, Bienvenu Essé, heureux de recevoir les clés de son nouveau véhicule des mains du Ministre Jean-Claude Kouassi
Temps de lecture : 2 minutes

Des services du ministère des Mines et de la Géologie ont reçu, jeudi, à Abidjan, sept véhicules des mains du premier responsable, Jean-Claude Kouassi, au cours d’une cérémonie officielle, à la Société de développement minier (SODEMI), sise dans la commune de Cocody.

Le coût global de ce matériel roulant destiné à améliorer les performances de l’administration des mines est évalué à 200 millions de francs. Les bénéficiaires sont les services centraux  de l’Inspection générale, du contrôle technique et cinq directions régionales à savoir l’Indénié-Djuablin, de Gbêkê, du Haut Sassandra, de San Pedro et Yamoussoukro.

Cet équipement s’inscrit dans la mise en œuvre du « Programme d’équipement d’urgence 2019-2020 », estimé à 1,5 milliard de francs CFA, qui a pour objectif de doter les services du ministère, de moyens et d’outils de travail, en quantité et en qualité, à la hauteur de l’ambition du secteur minier ivoirien.

Au nom des bénéficiaires, le directeur régional de San Pedro, Bienvenu Essé Kouadio, a souligné les résultants probants de l’administration des mines qui témoignent de la capacité des agents à atteindre les objectifs visés. Il a promis de faire bon usage de ce matériel dans l’exécution de leur mission.

Quant au Directeur général de la SODEMI, Kadio Kouamé, il a remercié le ministre pour les « actions fortes » à l’endroit du personnel » et pris l’engagement d’être à ses côtés pour exécuter ses instructions dans la mise en œuvre de la politique gouvernementale qui veut faire passer la contribution du secteur minier dans le produit intérieur brut de 2% en 2011 à 4% en 2020.

Le Ministre Kouassi a révélé que plus de 500 millions de francs CFA ont déjà été mobilisés en huit mois sur le fonds mine et sur le budget général de fonctionnement de l’Etat pour répondre aux besoins urgents de l’administration de son département. Il a remercié le Chef de l’Etat et le Premier ministre dont leur implication personnelle aura permis à la mise en œuvre rapide du programme d’équipement d’urgence.

Il a exhorté les bénéficiaires, maillon essentiel du succès de la réforme entreprise dans le secteur minier depuis 2011, « à redoubler d’efforts dans l’accomplissement de leurs tâches », leur promettant l’ouverture de « nouveaux services territoriaux » d’ici à 2020 en vue de renforcer le maillage du pays par son ministère.

« Vous devez donc avoir, dans l’exercice quotidien de vos fonctions respectives, un comportement et une attitude irréprochable. C’est ce qui vous assurera un bien-être professionnel  et vous garantira l’estime de vos chefs, la confiance des populations et le respect des opérateurs miniers », a-t-il conseillé.

La présente cérémonie de remise d’engins roulants au sein de ce ministère est la troisième d’une série après celles du 19 janvier avec la Brigade de répressions des infractions au code minier (BRIC) qui avait reçu six véhicules et des équipements et du 17 mai avec l’octroi de cinq motos à des directeurs départementaux.

(AIP)

Vos commentaires

A la Une

EXCLUSIF. Gbagbo reçoit Affi Nguessan à Bruxelles

Publié

le

Photo d'illustration
Temps de lecture : < 1 minute

COMMUNIQUÉ DU FPI

Le vendredi 03 et samedi 04 janvier 2020, à sa demande ,le Président du FPI le Premier Ministre Pascal AFFi N’guessan à été reçu à Bruxelles, par le Président Gbagbo.

Cette rencontre a été l’occasion pour le Président AFFi d’exprimer sa solidarité au président Laurent Gbagbo.

Les deux personnalités ont fait un large tour d’horizon relativement à l’actualité nationale et à la situation interne du FPI.

Le Président AFFi a pris congé de Laurent Gbagbo sans manquer de lui exprimer ses vifs remerciements pour l’accueil qui lui a été réservé.

Fait à Abidjan, le 06 janvier 2020.

Le SG et Porte-parole

Issiaka Sangaré

Vos commentaires
Lire plus

A la Une

A Abidjan, les pluies diluviennes font un mort, une personne portée disparue et des blessés

Publié

le

Photo: Image d'illustration - Infosivoir
Temps de lecture : < 1 minute

Les fortes pluies qui se sont abattues sur Abidjan et certaines villes de l’intérieur du pays n’ont pas été sans conséquences.

Comme révélé plutôt par KOACI, les inondations ont fait plusieurs dégâts à Ayamé avec un enfant de 16 ans emporté par les eaux, rapportaient des témoins sur place.

Abidjan n’a pas également été épargné par ces pluies diluviennes de ce samedi 5 Octobre 2019.

Une personne est décédée et deux blessées, suite à l’effondrement du mur d’une entreprise du côté à Yopougon Gesco. Un chauffeur de taxi de 23 ans qui est descendu de sa voiture en panne et qui essayait de la pousser sur le bas-côté de la route pour la réparer a été emporté par les eaux de ruissellement. Son corps n’a pour l’heure (20 heures 45 TU, où nous mettions sous presse l’article) où n’a toujours pas été retrouvé. Ce bilan officiel a été porté à la connaissance du public par le préfet d’Abidjan Vincent Toh Bi.
Source: Koaci

Vos commentaires
Lire plus

A la Une

Conditions de vie : le classement des 10 pays les plus invivables au monde

Publié

le

Photo: James Dale
Temps de lecture : 3 minutes

10. La Gambie

La Gambie est l’un des pays les plus petits d’Afrique et ses conditions climatiques empêchent le pays de diversifier ses récoltes et ainsi, de prospérer économiquement. Le prix des denrées alimentaires fluctue énormément. Environ 30 % de la population gambienne vit en dessous du seuil de pauvreté international de 1, 25 dollars (1,14 euros). L’indice de développement humain du pays est de 0,46.

9. La Guinée

La Guinée compte en 2019 environ 13 millions d’habitants. Sa croissance démographique est si importante que les statistiques prédisent que le pays aura doublé sa population au cours de 30 prochaines années jusqu’à atteindre les 27 millions d’habitants d’ici 2050. Du côté des richesses, le pays possède un grand nombre de ressources : bauxite, minerai de fer, gisements de diamants, d’or et d’uranium. Malgré cela, il existe une extrême inégalité de richesse et la Guinée est l’un des pays les plus pauvres d’Afrique de l’Ouest. L’IDH de la Guinée est de 0,459.

8. La Guinée-Bissau

Le Guinée-Bissau tien son nom de sa capitale, Bissau, ce qui permet de la différencier de la Guinée qui se trouve au sud du pays. La richesse du pays provient essentiellement de l’exploitation et de l’exportation de la noix de cajou, de l’huile de palme et des produits issus de la pêche. Un secteur qui ne permet pas au pays de se développer grandement. En plus de cela, l’instabilité diplomatique du pays fait baisser l’IDH de la Guinée-Bissau. Il est de 0,455 en 2019, ce qui fait de lui le 8e pays de ce classement.

7. Le Yémen

Une grande partie de la population du Yémen vit dans les zones rurales et tribales du pays. Le Yémen a l’un des taux de fécondité des plus élevés au monde, avec 4,45 enfants par femme. Le nombre de naissances est si important que la moitié du pays à moins de 15 ans. Le pétrole représente près de 85 % des exportations du Yémen et 75 % de son PIB. Mais leurs réserves de pétrole sont faibles comparées à celles d’autres pays de la région. L’indice de développement humain du Yémen est de 0,452.

6. L’Érythrée

Ce pays assez peu connu se trouve dans la Corne de l’Afrique. Il est bordé par Djibouti, l’Éthiopie et le Soudan. Malgré une croissance rapide depuis quelques années, l’indice de développement humain du pays atteint seulement le 0,44. Le pays dispose pourtant de nombreux atouts économiques, comme d’importants gisements de minéraux, d’or, de marbre et de granit, mais qui ne sont pas exploités. Le secteur agricole emploie environ 80 % de la population, alors qu’il ne représente que 12 % du PIB de l’Érythrée.

5. Le Mozambique

Le Mozambique est victime de la corruption au sein même de son pays. Essentiellement agricole, la moitié de la population vit dans la pauvreté et dépend des subventions agricoles. Cependant posséder des terres privées est strictement interdite, tout est donc géré par l’état et les politiques qui extorquent la population, notamment avec la présence d’une police stricte. L’IDH est de 0,437.

4. Le Liberia

Les guerres civiles ont mis à mal le Liberia, qui pourtant, connaissait une croissance économique optimiste dans les années 80. Malheureusement, même si le pays possède de nombreuses richesses naturelles, les infrastructures du pays ne permettent pas de les exploiter et de s’enrichir. L’indice de développement humain atteint 0,435.

3. Le Mali

Une grande partie de la population malienne suit un mode de vie nomade. Le taux de fécondité est très élevé et atteint les 6,4 enfants par femme. Le Mali connaît également un taux de mortalité infantile important. On compte 1 décès pour 10 naissances vivantes. Le Mali fait partie des 10 pays les plus pauvres du monde. Il est également très endetté, car il dépend très fortement des aides étrangères. L’IDH du pays est de 0,427.

2. Le Burkina Faso

La culture du coton est l’activité la plus répandue dans le pays. Malheureusement, ce secteur ne permet pas au pays de se développer économiquement. De plus, le Burkina Faso est souvent touché par des épidémies de maladies graves que les infrastructures ne peuvent soigner correctement. Victime de nombreuses attaques terroristes et d’insécurité également, le Burkina Faso est malheureusement le 2e pays le plus invivable au monde selon les Nations unies, avec un IDH de 0,423.

1. Le Sierra Leone

C’est le Sierra Leone, avec un indice de développement humain de 0,419 qui est considéré comme étant le pays le plus invivable au monde. Ce triste constat et le résultat de plusieurs facteurs : taux de chômage élevé, eau polluée, taux l’alphabétisation très bas, des problèmes de santé tels que le VIH ou le paludisme persistants et une croissance économique assez faible.

Vos commentaires
Lire plus

A la Une

Vive tension à Bouaké

Publié

le

Photo: Image d'illustration
Temps de lecture : 2 minutes
Depuis 06 h 30, les partisans de Mangoua Jacques sont dans les rues.

L’interpellation et le déferrement de Jacques Mangoua, vice-président du Parti démocratique de Côte d’Ivoire (Pdci), par ailleurs, président du conseil régional de gbêkê suscitent en ce moment un mouvement de colère de la part des militants du Pdci dans plusieurs localités de la région. Au nombre de celles-ci, Botro. Les rues de cette commune située à une quarantaine de kilomètres de Bouaké ont été prises d’assaut très tôt ce matin par une centaine de jeunes et de femmes issus pour la plupart du parti septuagénaire exigeant la libération de leur leader. ”
« Depuis ce 6 h 30, nous sommes dans les rues de Botro. Les femmes et des jeunes sont de l’autre côté du corridor nord, la voie menant à la sous-préfecture et la route de Marabadiassa non loin des locaux de la Sodeci et nous les jeunes sommes du côté du corridor sud à Totokro près du lycée moderne.», a confié au téléphone un jeune leader du parti de Bédié à Botro.

Pour ce leader, l’arrestation de Mangoua Jacques est une injustice de trop qui n’a pas son sens. C’est pourquoi dit-il, ses camardes et lui ont décidé à travers cette marche de traduire leur mécontentement face à cette décision de justice.

Au moment où nous mettions sous presse, le préfet et les forces de défense et de sécurité sont en pourparlers avec les manifestants pour tenter de les amener à la raison. Les femmes toujours, selon notre source feignent de ne pas céder aux négociations de l’autorité préfectorale et des forces présentes sur les lieux appuyées d’un détachement de la compagnie de gendarmerie venue de Bouaké. D’autres localités telles que Beoumi, Languibonou, Diabo et Bodokro sont entrées dans la danse, les voies sont bloquées.

Notons que Jacques Mangoua a été interpellé et gardé en vue le vendredi 27 septembre 2019. Il a été placé sous mandat de dépôt le lundi 30 septembre dernier et devrait comparaitre devant le tribunal correctionnel ce jeudi 3 octobre 2019.

 

Source: L’inter

Le titre est de la rédaction de firstmagazine.net

Vos commentaires
Lire plus

ça été l'actu