Nous rejoindre

Societe

Gagnoa: Un homme, à la recherche de gloire et richesse, meurt chez un marabout

Publié

le

Autre/ Un homme, la quarantaine, répondant au nom de Sylla Abdoulaye, a été trouvé sans vie, dans la chambre d’un marabout,au sous-quartier Dar es salam de Dioulabougou à Gagnoa, vers 11h00, ce jeudi 14 février.
Temps de lecture : < 1 minute

Le corps du sieur Sylla, agent immobilier installé, bien connu à Gagnoa, où il est très sollicité, a été retrouvé en compagnie d’une autre personne, qui elle, heureusement, a pu être sauvé, une fois évacuée à l’hôpital général de Gagnoa, dit « Hôpital du Bonheur ».

Le marabout qui habitait le second étage d’un immeuble en bordure de voie, sur la rue dénommée ‘fin de goudron’, a pris la poudre d’escampette, depuis le matin, ont expliqué plusieurs témoins.

En attendant que son compère retrouve ses sens, Sylla Abdoulaye, issu de la grande et célèbre famille Yacouba Sylla, est ainsi passé de vie à trépas, dans la chambre de celui auprès de qui il espérait trouver gloire, richesse et prospérité.

 

Cotedivoirenews.info

Vos commentaires

Societe

Coronavirus/Italie: un infirmier qui accuse sa copine médecin de l’avoir contaminé la tue

Publié

le

Autre/Un infirmier tue sa compagne médecin après que celui-ci l'ai accusée de lui avoir transmis le Coronavirus.
Temps de lecture : < 1 minute

Un drame en pleine crise du coronavirus est survenu en Italie, précisément en Sicile. Un infirmier de 28 ans, qui accuse sa compagne de lui avoir donné le Covid-19 la tue. Une version à laquelle la police ne croit pas, elle le met aux arrêts.

 

Etudiants en médecine, les deux amoureux, Antonio De Pace, 28 ans et Lorena Quaranta 27 ans, apprenaient leur métier au sein de l’hôpital de Messine et ils ont été mis à contribution pour gérer la crise sanitaire liée à l’épidémie du coronavirus qui sévit depuis plusieurs semaines en Italie.

<<Venez, je l’ai tuée>>, a déclaré le tueur au téléphone, quand il a appelé la police qui est arrivée et a découvert le corps sans vie de Lorena, et Antonio qui avait une taillade au poignet, qu’il explique par une tentative de suicide pour lequel il n’a finalement pas trouver le courage.

Feminicide tragique ou coup de folie dû à la crise du Coronavirus? La police le saura à l’issue de l’enquête qui est en cours.

 

 

Franck Zady

Vos commentaires
Lire plus

Non classé

CORONAVIRUS : La Police Nationale en guerre contre les fausses informations

Publié

le

La Côte d'Ivoire a besoin de policiers bien «formés et disciplinés ... apanews.net
Temps de lecture : < 1 minute

Dans un communiqué rendu public ce vendredi 20 mar, la Police Nationale est sortie de son silence suite à des rumeurs de fermetures des commerces et de certains endroits relativement à la menace liée à la propagation de la pandémie du Covid 19 en Côte d’Ivoire; non sans menacer les auteurs de ces fausses informations.

Libellé du communiqué

Des rumeurs circulant sur les réseaux sociaux (Facebook, whatsapp…), des Sms et des appels téléphoniques font état de ce que les marchés, supermarchés, surfaces commerciales et bien d’autres endroits seront fermés et que les populations vivant en Côte d’Ivoire seront confinées.

 

La Police Nationale tient à rassurer les citoyens que ces fausses informations ont pour but de semer la crainte et d’amplifier la peur au sein des populations.

 

La Direction Générale de la Police Nationale rappelle que diffuser une fausse information constitue une infraction pénale et invite par conséquent les citoyens à s’abstenir de divulguer, diffuser ou relayer des informations erronées. Tout contrevenant à cette disposition s’expose aux sanctions prévues par la Loi.

 

La Police Nationale exhorte les populations à une prise de conscience de la situation en appliquant les mesures de sécurité établies par le gouvernement, en vue de lutter contre la propagation du coronavirus COVID19.

 

SERVIR, NOTRE VOCATION. MERCI DE NOUS FAIRE CONFIANCE

Vos commentaires
Lire plus

Societe

Douala: une étudiante lesbienne “sauvagement” violée par cinq gaillards

Publié

le

Autre/Une étudiante lesbienne violée par cinq gaillards au Cameroun.
Temps de lecture : < 1 minute

Une jeune étudiante à Douala intègre un groupe de lesbiennes étudiantes elles aussi, afin de subvenir à ses besoins financiers, a appris le confrère “CamerounWeb“.

A. Esther Elisée, puisque c’est d’elle qu’il s’agit, se met en couple avec Nathalie, fille d’un riche homme d’affaires, qui s’occupe d’elle, pour tout ce qui est frais de scolarité, la nourriture et autres besoins.

Nathalie qui a constaté plus tard que Esther la trompait avec une autre fille la met en garde. Toute chose que Esther n’appréciera pas, s’en suivra alors une violente dispute entre les deux amoureuses qui se séparent.

Un mois après leur dispute, Nathalie recontacte Esther et l’invite à l’anniversaire d’une autre lesbienne, sans se douter que c’était un guet apens. Au cours de la soirée festive, Nathalie met de la drogue dans la boisson d’Esther, qui s’est profondément endormie, quelques minutes plus tard.

Interviendront alors cinq gaillards préalablement contactés par Nathalie, qui emmeneront Esther dans une maison pour la  violer “sauvagement”. Menacée de subir à nouveau la même correction, Esther disparaît et reste introuvable à ce jour. Selon son frère qui informe le média camerounais, Esther serait dans un pays voisin.

Ainsi, Nathalie a ourdi sa vengeance contre Esther.

 

Franck Zady

Vos commentaires
Lire plus

Societe

Yopougon/Micao: un monsieur qui abusait d’une fillette est pris sur les faits par la population

Publié

le

Témoins/Un vendeur ambulant de médicaments chinois qui abusait d'une fillette à Yopougon Micao, a été pris sur les faits par la population.
Temps de lecture : < 1 minute

Les faits se sont déroulés hier dimanche 15 Mars, aux environs de 22 heures, dans le petit quartier Micao, situé dans la commune de  Yopougon, zone industrielle.

Selon les témoins des faits, le violeur, plus connu sous le nom “docteur”, parce que vendeur ambulant de médicaments chinois, a été surpris avec son pénis dans la bouche de la fillette de moins d’une dizaine d’années, qu’il avait préalablement pris le soin de déshabiller.

Le “docteur” violeur est immédiatement pris à partie par la population qui a manqué de le lyncher, avant de le livrer à la police pour répondre de cet acte hautement répréhensible.

 

Franck Zady

Vos commentaires
Lire plus

ça été l'actu