Nous rejoindre

Societe

Il abuse de sa fille de 3 ans, et déclare qu’il l’a confondue avec sa femme de 84 kg

Publié

le

Autre
Temps de lecture : 2 minutes

Découvrez l’histoire de ce père accusé d’avoir abusé de sa fille de 3 ans qu’il aurait, selon lui, confondu avec sa femme.

Que s’est-il passé ?

C’est l’histoire d’Henry Vincent Bennett âgé de 26 ans, jugé pour avoir commis un inceste sur sa fille de 3 ans à deux reprises. Celui-ci a tenté de se défendre en déclarant qu’il aurait confondu l’enfant avec son épouse de 24 ans, 84 kg. Il aurait été arrêté une première fois en février après que sa fille ait fait des remarques concernant la situation.

Le jeune homme, après avoir en premier lieu nié les faits, a fini par admettre qu’il a abusé de l’enfant à deux reprises, une fois avec un “sex toy” et une seconde fois en lui demandant de lui faire une fellation. D’après ses dires, ce qui s’est passé à deux reprises n’étaient que des incidents.

En effet, selon lui, l’enfant aurait rejoint le lit matrimonial pendant que la mère était sous la douche. Il aurait alors accidentellement utilisé le “jouet sexuel” sur l’enfant. Lui et sa femme ont alors été jugés coupables. Le jury aurait même mis moins de 30 minutes pour prendre cette décision.

L’homme pourrait être sanctionné à une sentence allant de 80 à 270 ans de prison tandis que sa femme April Bennett est actuellement en liberté provisoire et pourrait se voir encourir une peine de 1 à 5 ans de prison.

 

Autre presse

 

Vos commentaires
Lire plus
Publicité

Societe

Les fake-news conduisent une femme en garde à vue

Publié

le

Temps de lecture : 1 minute

Alors que la fillette souffrait  d’une allergie à la papaye, selon le médecin qui la traitait, information confirmée par la mère de la petite, la tutrice de la fillette a été accusée de maltraitance, diffamée sur les réseaux sociaux, interpellée par la police et jetée au trou en attendant un probable procès.

L’image a fait le tour de la toile la semaine passée au point de choquer plus d’un. Tout le monde a été choqué à la vue de cette image de la  petite fille, le visage enflé.

Comme d’habitude, cela a suscité des réactions à en point fini. Les juges des réseaux sociaux pouvaient dès lors donner les premières explications. D’aucuns ont fait croire que la petite fille subissait des coups de la part d’une dame chez qui elle vivait et qu’elle s’était orpheline. Il en était rien en réalité.

La femme accusée d’être responsable de ces coups sur la petite fille est arrêtée et emprisonnée par la Police. Tout le monde est sous l’effet de l’émotion.

C’est pendant que la femme est en garde à vue que la Police décide alors d’ouvrir son enquête. Après donc les investigations menées par la Police, la femme est innocentée par la mère de la petite fille et le médecin en charge des soins. Selon le rapport médical qui a précisé qu’il s’agit d’une allergie à la papaye, la tutrice à la petite fille est innocentée et sortie de prison. Ainsi donc cette fille n’a pas été battue comme le pensait les “enquêteurs du net“.

La pauvre dame s’est vu priver de liberté  pour rien, et surtout son image qui défilait sur la toile avec les préjudices que cela comportent.

Autre média

Vos commentaires
Lire plus

Societe

Russie: Il bat sa femme presqu’à mort et filme pour montrer à ses amis qu’il la contrôle

Publié

le

Maxim gribonov bat sa femme à mort et filme
Temps de lecture : 2 minutes

Un homme de 34 ans encourt 15 ans de prison pour avoir battu à mort sa compagne et posté la vidéo à ses amis pour montrer son autorité.

Résidant dans la commune de Lebedyan en Russie, Maxim Gribanov a passé à tabac sa femme, Anastasia Ovsiannikova, après qu’elle lui ait exprimé son intention de le quitter.

Après un calvaire de plusieurs heures, le corps d’Anastasia était recouvert d’ecchymoses. C’est à ce moment-là que Maxim Gribanov a eu la scabreuse idée de filmer sa femme pour exposer ses blessures à ses amis et leur dire qu’elle était sous contrôle. Découvrez aussi cette mère de famille qui à enfermé son fils dans la salle de bain et qui lui fait vivre un véritable cauchemar.

L’épouse de 28 ans a réussi tant bien que mal à appeler les pompiers. Elle a été secourue à l’hôpital avec le corps recouvert d’ecchymoses, une hémorragie interne et de multiples fractures. Dès son arrivée dans les locaux de l’hôpital, Anastasia Ovsiannikova s’est retrouvé dans le coma et a perdu la vie 6 jours plus tard des suites de ses blessures.

En fin de compte, ce fut la raclée de trop. Elle était déjà victime de nombreuses violences conjugales. Elle a trouvé le courage pour lui dire qu’elle avait rencontré un autre homme que lui. Mais en vain, elle l’a finalement payé de sa vie. Maxim Gribanov l’avait même obligé à quitter son emploi et avait également menacé son frère et son père s’ils venaient à le dénoncer aux forces de l’ordre.

D’après ces mêmes forces de l’ordre, Maxim Gribanov aurait plaidé une culpabilité partielle en justifiant ses actes qu’il avait ses raisons d’avoir eu recours à la violence. En attendant, il risque une peine de prison de 15 ans. Malheureusement en Russie les femmes battues ne déménagent pas gratuitement comme en Californie, ce qui aurait peut-être sauver cette femme russe de la mort. Elle n’a pas non plus eut la chance de cette femme battue qui à été sauvée grâce à un jeune husky.

Autre presse

Vos commentaires
Lire plus

Societe

Dabou: Pour des soupçons d’infidélité de son épouse, il se suicide

Publié

le

Tchimou Amafi se suicide parce qu'il soupçonne sa femme d'infidélité
Temps de lecture : 1 minute

C’était l’émoi ce dimanche 10 novembre à Dabou. Et pour cause, l’archiviste à l’IEP1 de Dabou, Tchimou Amafi Vincent, âgé de 52 ans à l’IEP1 de Dabou, a été retrouvé pendu, dans sa cuisine.

L’affaire fait grand bruit dans la Cité du Leboutou. Tchimou Amafi Vincent s’est donné la mort par pendaison ce dimanche 10 novembre à Dabou où il est en poste. L’instituteur de 52 ans soupçonnait son épouse de lui faire des infidélités. Ne pouvant supporter, l’homme a choisi le chemin de la mort.

Selon les sources, Tchimou Amafi Vincent souffrirait de dépression nerveuse due aux soupçons d’infidélité de son épouse. Il attend le vendredi 8 novembre dernier, cette part pour des funérailles à Agboville d’où le couple est originaire. M Tchimou va tenter de joindre à plusieurs reprises son épouse en vain. Ce qui va renforcer ses soupçons.

De retour d’Agboville le lendemain samedi, la dame retrouve le domicile conjugal où elle passe d’ailleurs la nuit en compagnie son époux. A son réveil, le dimanche, elle constate l’absence de ce dernier. Elle le recherche un peu partout sans succès. Elle va alors de le joindre sur son téléphone portable. Depuis l’extérieur, elle entend la sonnerie du téléphone de son époux dans la cuisine qui est pourtant fermée.

C’est alors qu’elle alerte le voisinage. Des personnes de bonne volonté recherchent alors un moyen pour accéder à la cuisine afin de voir ce qui s’y passe. La cuisine ouverte, le spectacle est terrifiant. Tchimou Amafi Vincent est pendu au toit, les pieds au sol. A l’IEP1 de Dabou, c’est la consternation totale. On s’explique difficilement cette triste fin de l’archiviste.

 

2cminfo.net

Vos commentaires
Lire plus

Societe

Les dangers liés à la consommation de la viande de chien

Publié

le

La viande de chien en vente dans un quartier d'Abidjan
Temps de lecture : 1 minute

Outre la viande de porc dont la consommation est traditionnelle chez les ivoriens, la vente et la consommation de la viande de chien sont en passe de devenir normales et ordinaires dans les quartiers populaires d’Abidjan et de l’intérieur du pays. Des spécialistes révèlent ici, les dangers liés à la consommation de cette viande.

La consommation de la viande de chien n’est pas conseillée. Tous les mangeurs de viande de chien sont exposés à des maladies telles que la toxoplasmose ou la toxocarose (ascaris de chien), Cette pathologie est due à un ver qui pond des œufs. Il peut provoquer des troubles de la vue, voire la perte de la vue chez l’Homme avec des contractions, son degré de contagion n’est pas encore précisé scientifiquement.

Ceux qui en mangent sont donc prévenus.

 

Olivier Gbadié

Vos commentaires
Lire plus

ça été l'actu