Nous rejoindre

Interview

Interview Mathey/ Musique, djossi, rapports avec Dj Arafat et Tina Glamour… Mathey dit tout !

Publié

le

Temps de lecture : 3 minutes

Il y a 5 ans que Mathey que n’avait plus pointé son nez sur la scène musicale. Depuis peu, c’est chose faite. La chanteuse renoue avec ses fans avec un single ‘’Allô Allô’’. Une sorte de mise en bouche avant la sortie de son album en décembre prochain. Profitant de cette sortie, Mathey a bien voulu accorder à First Magazine, une interview. C’est d’ailleurs la première qu’elle accorde à un média depuis son come-back sur la scène.  Elle surf sur son actualité et celle du showbiz ivoirien.

ça fait combien de temps que Mathey est restée dans l’ombre de son art ?

Je ne crois pas je suis restée dans l’ombre de mon art, je suis plutôt dans la lumière. Chaque chose se fait en son temps. Et c’est le moment, c’est pourquoi tu parles avec moi.

Pourquoi un si long temps avant de revenir sur la scène ?

Tout est une question de relativité. Ce que tu trouves long en termes de temps, n’est pas forcément le cas pour moi. Car mon dernier album est sorti en 2014. C’était  avec les titres ‘’ Tu m’as dit’’ et ‘’Yèyè’’

Est-ce que l’idée t’a déjà traversée l’esprit de mettre fin à ta carrière ?

(Rires) Non pourquoi mettre fin à ma carrière ! Non ce n’est pas pour maintenant.

Des mélomanes trouvent que des artistes de votre génération manquent d’inspiration sur le plan musical. C’est peut –être pour cela que vous êtes un peu au garage. Quel commentaire ?

Je ne partage pas cette assertion car tous ceux avec qui je parle de ce  sujet, estiment que notre génération leur manque. Ils aimeraient bien nous retrouver de plus en plus sur scène. Cependant, nous sommes un tout petit peu absents non pas par manque d’inspiration mais parce que des contraintes et obligations indépendantes de nous nous éloigne temporellement  de la musique. La musique nous a tout donné et c’est difficile de s’y dégrafer. En termes d’inspiration entre la nouvelle génération et nous, y’ a pas photo.

Cinq après, tu retrouves donc  la scène avec une nouvelle œuvre baptisée ‘’Allô Allô’’. A qui est ce que tu passes l’appel ?

Je passe mon ‘’Allô Allô’’ a tout le monde. Après cinq ans d’absence sur la scène, il faut bien passer un coup de fil à mes fans pour leur dire que je suis de retour. Et je compte bien rester en connexion avec eux pour de belles surprises.

Doit-on s’attendre à un retour en force de Mathey ?

‘’Allô Allô’’ est une mise en bouche qui annonce la sortie prochaine  de mon album que je prépare en ce moment. Pour l’heure, ce single est disponible sur toutes les plateformes de téléchargements. Les autres titres seront sur cet opus en 2020. Pour répondre à ta question, je signe mon retour sur scène avec les arguments qu’il me faut.

Qu’est ce qui est prévu avec cet opus ?

J’entrevois aller plus loin avec cet album. Le plus important pour moi est de m’éclater avec mes fans. Et surtout de donner un coup d’accélérateur à ma carrière d’artiste qui de plus en plus s’éveille.

En dehors de la musique c’est quoi ton ‘’djossi’’  en France ?

Depuis plus de trois ans, je travaille dans l’administration à la Caisse Primaire de l’Assurance Maladie de Nanterre en France. Je suis donc une technicienne administrative.

Avant de boucler notre entretien, je souhaite que tu te prononces sur le décès brutal de Dj Arafat. Comment as vécue cela ?

Sa mort brutale m’a attristée. Il était beaucoup aimé en Côte d’Ivoire comme hors de nos frontières. Sa mort est une grosse perte pour la musique ivoirienne. Que son âme repose en paix.

Quel rapport avais-tu avec Dj Arafat ?

Je n’avais aucun rapport avec Dj Arafat.

Et avec sa mère Tina Glamour !

C’est une amie…

L’as-tu appelée au téléphone pour lui exprimer ta compassion ?

Non, je la verrai dès que je rentre sur Abidjan. Je préfère faire les choses spontanément et avoir une approche naturelle.

Un mot pour terminer cette causerie

J’offre un panier de bisou à mes fans ainsi qu’à toute l’équipe de First Magazine.

 

Ange T. Blaise

 

 

Vos commentaires

Interview

Le coq de Wassakara en route pour Abidjan

Publié

le

Billy Billy salue Abidjan depuis Paris
Temps de lecture : 3 minutes

Serge Yao Billy alias Billy Billy est parti de la Côte d’Ivoire, il y a quelques années. Il a choisi de s’installer dans l’Hexagone après un court séjour en Autriche. Mais aujourd’hui, il respire la grande forme et prépare son retour sur les bords de la lagune Ebrié. Avec dans ses valises, un nouvel album baptisé ‘’Au commencement était la parole’’. Entretien exclusif avec le coq de Wassakara.

-Il semble que tu es parti sur la pointe des pieds de la Côte d’Ivoire.

Je ne suis pas parti sur la pointe des pieds. Je suis allé le plus normalement du monde. Beaucoup de personnes ont pensé que je me reprochais des choses, et ce serait la raison pour laquelle que je suis parti. De votre lucarne, je dis que c’est archi-faux.

-Qu’est-ce qui t’a donc poussé à quitter le pays ?

Je n’étais pas bien dans ma tête. Et je me sentais mal compris. En plus, je ne me sentais plus en sécurité. Il y a des raisons pour moi qui sont plus d’actualité aujourd’hui.

-D’aucuns disent que tu te sentais menacé. Est-ce cela la raison principale ?

Oh ! de toutes les façons tout Cela est un loin derrière moi aujourd’hui.

-Est-ce que ta vie a été facile dans l’hexagone?

Ma vie en Europe à été très difficile à mes débuts. J’ai eu pas mal de problèmes de papiers, la nostalgie du pays et surtout l’absence de mes fans. C’est en Europe que j’ai vraiment compris le sens des chansons Zouglou qui parlent de ‘’Bingué’’. Par exemple ‘’Koffi alanga’’ du groupe Magic system.

-Qu’est-ce que tu as fait concrètement dans un premier temps à ton arrivée en France ?

D’abord, j’ai cherché à m’intégrer à mon arrivée en Autriche. Il fallait apprendre à parler l’Allemand. Ça n’a été facile au début. Après je suis venu en France. Aujourd’hui, par la grâce de Dieu, ça va mieux.

– Maintenant tu as une vie stable en France ?

Oui, j’ai une vie très stable à présent. Je confirme cela et j’en suis fier.

-Tu es devenu un grand chrétien parait-il ?

Effectivement. Je suis devenu grand chrétien, parce que Dieu à fait de grandes choses depuis tout ce temps à mon arrivée en France. Et je recommande Jésus à tout le monde.

-Es-tu également marié là-bas ?

Tout à fait ! Je suis marié avec une femme formidable. Elle a beaucoup fait pour moi. En plus, elle m’a donné une charmante fille qui a six ans aujourd’hui. C’est grâce à mon épouse que j’ai cette stabilité dans ma vie.

-Ton retour sur la scène musicale ivoirienne est imminent?

Oui! Déjà, je prépare un album de 12 titres. Mais en attendant, les ivoiriens vont découvrir un avant-goût de l’album avec un maxi-single de 4 titres intitulé ‘’Au commencement était la parole’’. Il est déjà en vente bientôt sur les plateformes de téléchargement légales.

-Est-ce qu’il y a eu des collaborations dessus ?

Bien sûr. J’ai fait un featuring avec Bony sur la chanson ‘’Mouiller c’est mouiller’’. Et en studio, j’ai eu le soutien pour les chœurs et les ambiances de mes grand-frères Vetcho Oxygène, Louiso Mercenaires et de Julie Brou.

-Quels sont tes projets après la sortie de cette nouvelle œuvre ?

Mon staff et moi, nous comptons faire de nombreux concerts à mon retour au pays pour le plaisir de mes fans qui m’attendent.

-Quand rentreras-tu définitivement en Côte d’Ivoire?

Je rentrerai bientôt d’ici la fin de l’année 2019 ou début 2020. Mais définitivement ? Là, je ne peux pas me prononcer pour le moment. Vu que j’ai ma famille en France et que j’y ai bâti un empire (Il rit). Pour le moment, ce n’est pas à l’ordre du jour.

Patrick Bouyé  

 

Vos commentaires
Lire plus

Interview

Avant son décès brutal, le Daïshikan déclarait: ‘’J’ai pris conscience de la vie…Je me marie bientôt’’

Publié

le

La pochette de l'album de DJ Arafat ''Renaissance''
Temps de lecture : 4 minutes

7 mois avant son décès tragique, DJ Arafat avait accordé une interview à First Magazine.net. Au cours de cette rencontre dans les locaux de Universal Music Africa, le fils de Tina Glamour amorçait un nouveau départ de sa carrière et également de sa vie. ‘’Je suis un nouveau DJ Arafat. J’ai changé’’, disait-il. Nous revenons sur cette entrevue où le Daïshikan s’est vraiment lâché.

-Quels sont les vœux 2019 de Daïshikan pour les Ivoiriens ?

Bon, j’adresse mes vœux 2019 de longévité, santé de fer et de paix dans les cœurs pour tous les Ivoiriens. Nous savons que la guerre n’est pas une bonne chose et n’arrange personne. Ainsi la paix dans le pays va nous conduire très loin.

-C’est en quelque sorte une renaissance pour toi après ton mariage traditionnel et la sortie de ton album ‘’Renaissance’’ ?

Oui ! Renaissance, c’est renaître. Donc, j’ai pris conscience de la vie. Et j’ai également doté ma femme avec laquelle j’ai une belle petite fille. J’aime également énormément mes autres enfants. Les gens ne s’attendaient à avoir un DJ Arafat casé. Aujourd’hui, c’est chose faite. Les gens ne s’attendaient pas aussi à avoir un Daïshikan évité les clashs et les pics. Aujourd’hui, c’est chose faite. C’est tout cela la ‘’Renaissance’’.

-Tu es devenu maintenant plus sage, alors ?

Oui, on peut dire ça maintenant. Je suis devenu plus sage à présent. Aujourd’hui, je ne dérange personne et je suis dans mon coin avec ma petite famille.

-Est-ce que tes réconciliations avec les autres artistes Coupé-Décalé sont-ils réellement sincères ?

Bien sûr que c’est sincère. Il n’y a plus d’histoire entre les autres artistes Coupé-Décalé et moi.

-Qu’en est-il avec celui de Débordo Leekunfa ?

Tout roule comme sur des roulettes avec lui. Il est dans son coin et moi, je suis entrain de faire la promotion de mon nouvel album ‘’Renaissance’’. Il n’y a pas de problème entre Débordo et moi.

-Quelle explication donnes-tu de la photo sur ta jaquette de ton œuvre ‘’Renaissance’’ ?

Ça dépend de ce que vous voulez savoir.

-La photo fait beaucoup jaser et fait allusion à un signe d’une secte…

Hum ! Chacun est venu sur cette terre de par sa mère et son père. Donc, chacun est libre d’interpréter la photo comme il le veut. Chacun est libre de croire en ce qu’il veut. Toujours est-il que c’est juste une simple photo sur la pochette de mon album. Et c’est la renaissance de Daïshikan, tout simplement. Je ne m’occupe pas des interprétations des gens.

-Que retiens-tu de ton concert du 29 décembre dernier à l’Ivoire Golf Club ?

Je dirai que ça été une réussite. Contrairement à ceux que les gens pensaient à ce que je fasse ‘’poto’’ (NDLR : échec). Mes fans étaient motivés et se sont déplacés nombreux pour venir à mon concert-live. Malgré les boycotts sur les chaînes de télé, les radios, les obstacles de coller les affiches sur les murs et les interdictions de déposer les tickets dans les bars. La ‘’Chine’’ a répondu présent pour montrer qu’elle était prête pour leur artiste. Et c’est ce qui est le plus important.

-Quel sentiment t’anime avec le boum des demandes de l’album ‘’Renaissance’’ sur les plate-formes de téléchargement en ligne et dans les rayons de la FNAC ?

Oh, je ne peux être heureux, content. Cela me fait énormément plaisir de savoir que mon album est beaucoup apprécié et demandé par les mélomanes.

-On peut parler d’une approche d’un Disque d’Or à l’horizon ?

Tout est dans la main de Dieu. Pour l’instant, ce n’est qu’un rêve d’avoir le disque d’Or. Tant qu’on ne l’aura pas, je ne peux pas exprimer mes sentiments.

-Cela te tient énormément à cœur, n’est-ce pas ?

Je tiens à ce disque d’Or pour faire taire aux détracteurs des gens qui disent que les artistes Ivoiriens ne chantent pas et pour ceux qui disent aussi que le Coupé-Décalé ne chante rien. Avoir un disque d’Or, c’est pour faire plaisir à la Côte d’Ivoire et faire taire les critiques négatives des autres pays envers le Coupé-Décalé. En ayant le disque d’Or dans le Coupé-Décalé, cela montrera aux yeux des gens qu’on a travaillés.

-Qu’est-ce que les ‘’Chinois’’ doivent-ils s’attendre pour le 26 janvier prochain ?

Oh, c’est la date de mon anniversaire. Ça sera une soirée pas comme les autres. C’est une soirée de célébrités et de personnalités. Je ne peux pas dévoiler pour le moment le contenu de la soirée.

-Dans quel endroit de la capitale aura lieu cette soirée ?

Trois jours avant la soirée les gens sauront le lieu.

-A quand le mariage civil de Daïshikan ?

Je ne suis pas encore pressé. Je ne suis pas là pour faire plaisir aux gens. J’ai montré déjà à beaucoup de personnes que j’aime ma femme, je l’ai doté et devant ses parents. C’est ce qui est le plus important que le mariage civil et à l’Eglise. Il y a beaucoup de célébrités qui se sont empressés d’aller se marier devant le Maire et des hommes de Dieu et on a vu comment ça s’est terminé. Je prends mon temps pour les choses. Pour le moment venu, je ferai ce qu’il y a à faire.

-On peut s’apprêter d’ici fin 2019 ou début 2020 ?

Je ne peux pas vous le dire. Mais c’est pour bientôt.

-Comment s’est fait ta rencontre avec Carmen Sama ?

Je ne préfère pas en parler. Parce que le plus important pour moi, c’est mon album. Ma vie privée reste privée.

-C’est elle qui a pris ton cœur ?

Oh, c’est moi qui ai plutôt pris son cœur simplement.

-Quelles sont les perspectives de DJ Arafat pour 2019 ?

Je prévois pleins de choses pour cette année. J’ai beaucoup de tournées en vue et je suis à fond dans la promotion de mon album de 18 titres ‘’Renaissance’’.

Patrick Bouyé

 

Vos commentaires
Lire plus

Interview

Billy Billy parle au Président Ouattara

Publié

le

Photo : Billy Billy Officiel
Temps de lecture : 1 minute

Lors d’un entretien avec l’ancien animateur de la Rti Serge Fattoh, le faiseur de rap abidjanais, Billy Billy a manifesté le désir de revenir en Côte d’Ivoire.

L’artiste ivoirien, Billy Billy, connu pour son franc parlé, est de retour avec un maxi single de 4 titres. Dans une émission sur le plateau de Télésud, avec Serge Fattoh Elleingand, Billy Billy qui s’est exilé en Europe il a déjà plusieurs années, a soutenu que cette période d’absence était un choix personnel. ”C’était voulu, j’avais besoin de prendre du recul pour organiser certaines choses en privé”, a-t-il soutenu tout en avouant avoir une forte envie de rentrer à Abidjan. ”Mon pays me manque”, a-t-il indiqué avant d’ajouter : ”les relations que j’entretiens avec mon pays sont plus ou moins fictives, car c’est via internet que tout se passe. Les gens m’envoient des messages pour me dire qu’ils ont besoin de moi parce que je compte beaucoup pour la musique ivoirienne”.

Notons que Billy Billy s’est révélé en Côte d’Ivoire en 2008 avec son titre, ”wassakara”. Il a dévoilé d’autres titres dans lesquels il s’attaquait au régime de Laurent Gbagbo. Et cela avait contribué à l’éclosion de sa carrière. À l’avènement du président Alassane Ouattara, Billy Billy a encore sorti une autre flèche intitulée ” lettre au Président” ainsi que d’autres morceaux dans lesquels il critiquait avec une dose d’humour le nouveau locataire du palais présidentiel. Chose qu’il ne n’aurait pas dû faire puisque selon lui, il aurait reçu des menaces de mort. Ce qui l’a contraint à s’exiler en Autriche.

Source : Afrique sur 7

 

Vos commentaires
Lire plus

Interview

Ariel Sheney : ” Arrêtons de comparer les artistes”

Publié

le

Photo: Fraternité Matin
Temps de lecture : 1 minute

Arrêtons de comparer les artistes parce qu’on a tous vu que les artistes n’aiment pas qu’on les compare, et ça emmène les guéguerres

L’auteur de « Amina » a affirmé dans la vidéo, être en de bons termes avec Arafat Dj. « Arafat n’est pas jaloux, Arafat est mon vieux père, c’est grâce à lui que je fais tout ça (…) un featuring avec Arafat, ça va venir bientôt », a indiqué Ariel Sheney.

Vos commentaires
Lire plus

ça été l'actu