Nous rejoindre

Societe

Le rappeur Damso va concrétiser son projet d’orphelinat au Congo

Publié

le

Photo: Google/ Damso
Temps de lecture : 1 minute

L’artiste Belgo-congolais Damso a dévoilé sur les réseaux sociaux sa Fondation « Vie sur nous» pour combattre les « minerais de sang» au Congo.

De retour du Congo, où il avait été particulièrement bien accueilli, l’artiste était revenu en Belgique avec l’idée de créer un orphelinat pour venir en aide aux enfants, bien souvent les premières victimes de la situation géo-politique de leur pays.

« J’ai lu beaucoup de messages, j’ai réfléchi pendant des heures, des jours voire des mois et j’arrive toujours à la même conclusion: le vrai problème, c’est le vol des ressources naturelles. Minerais de sang, minerais de conflit», a expliqué le rappeur dans une Story sur Instagram. Damso a du lui-même fuir la RDC avec sa famille, à l’âge de 9 ans, pour s’établir en Belgique à cause des conflits qui déstabilisent son pays natal.

La région est de la RDC est notamment en proie à la violence, depuis le milieu des années 1990, où des groupes armés sont actifs notamment dans les zones minières. L’est du pays compte actuellement 130 groupes armés qui se battent pour des causes multiples, selon Human Right Watch.

Quelques mois plus tard, il semblerait que son projet ait bien avancé, et se soit enfin concrétisé puisque Damso a partagé le nom de sa fondation ‘Vie sur Nous’ à travers sa story Instagram. Avec cette fondation créée, le rappeur doit pourvoir maintenant mener à terme la construction de son orphelinat.

Emmanuella Ouattara 

Vos commentaires

Societe

Yopougon : Un jeune homme vient d’être brûlé vif, après qu’il ait tué sa belle sœur

Publié

le

P.P Consortium
Temps de lecture : 1 minute

Un jeune homme vient d’être brûlé vif après avoir poignardé sa belle soeur ( l’épouse à son frère).

Le corps sous le feu (image 1) est celui d’un jeune qui a poignardé mortellement la femme à son frère (image 2) avant de prendre la fuite. Après une course poursuite, les jeunes du quartier SOGEFIA où a eu lieu le crime l’ont rattrapé pour le tabasser avant de le calciner.

Au moment où nous mettons sous presse l’info, les deux corps sont encore étalés sur les lieux des crimes en attendant l’arrivée de la police et des sapeurs pompiers militaires.

 

PP / Consortium.

Vos commentaires
Lire plus

Societe

Côte d’Ivoire : il est désormais possible de divorcer en cas d’impuissance et d’infertilité

Publié

le

Photo: Google/ Impuissance et Infertilité
Temps de lecture : 1 minute

La sexualité des couples peut être chamboulée par l’infertilité. Une nouvelle lois sur le mariage, est annoncée le 15 octobre à Yamoussoukro.

Une initiative de l’Observatoire ivoirien des Droits de l’Homme (OIDH) a été lancée hier à Yamoussoukro. Elle vise à former des officiers de la police judiciaire et des officiers de la gendarmerie sur le nouveau code pénal, les nouvelles lois civiles et les infractions militaires. La rencontre a débuté le 14 octobre et va s’achever ce 16 octobre 2019 dans la capitale politique ivoirienne.

La prise en charge de la stérilité est parfois vécue difficilement par les partenaires. Ils peuvent avoir du mal à retrouver du plaisir à cause de cette biologisation du désir. Par ailleurs, une nouvelle loi a été adopté sur la question de l’impuissance et de l’infertilité. Selon la loi, l’homme ou la femme peut demander le divorce s’il découvre que son ou sa partenaire est stérile ou impuissant.

Rappelons qu’il y’a une grande différence, la stérilité est un état définitif : cela veut dire que l’on ne peut pas concevoir . En revanche, l’infertilité peut n’être que temporaire, cela veut dire que l’on a du mal à avoir un enfant. L’infertilité peut n’être que temporaire ou curable.

Emmanuella Ouattara

Vos commentaires
Lire plus

Societe

La dot désormais autorisée par la loi en Cote d’Ivoire ?

Publié

le

Autre
Temps de lecture : 2 minutes

À en croire notre confrère, Afriksoir, qui le révèle dans l’une de ses dernières publications, L’Etat aurait légalisé la dot en Côte d’Ivoire.

Cépendant, en attendant que L’État  rende publique, la disposition de la loi, qui établirait la véracité de cette information, il est important qu’on prenne connaissance de ce qui suit:

Selon l’article 20 de la loi N° 64-381 du 7 octobre 1964 sur le mariage, l’institution de la dot, qui consiste dans le versement au profit de la personne ayant autorité sur la future épouse, par le futur époux ou la personne ayant autorité sur lui, d’avantages matériels conditionnant la réalisation du mariage traditionnel, est immédiatement abolie.

Ses articles 21 et 22 prévoient des sanctions contre tout contrevenant, qui sera puni d’un emprisonnement de six mois à deux ans et d’une amende double de la valeur des promesses agréées ou des choses reçues ou demandées, sans que ladite amende puisse être inférieure à 50000 francs, quiconque aura, en violation des dispositions de l’article précédent, soit directement, soit par personne interposée, que le mariage ait eu lieu ou non, sollicité ou agréé des offres ou promesses de dot, sollicité ou reçu une dot ou usé d’offres ou de promesses de dot ou encore cédé à des sollicitations tendant au versement d’une dot, sera puni des peines portées à l’article précédent, quiconque, agissant comme intermédiaire, aura participé à la réalisation des infractions prévues audit article ». Cette loi va encore plus loin en disant qu’en cas de divorce selon l’article 23, «les dots versées à l’occasion des mariages contractés antérieurement à la promulgation de la présente loi ne pourront donner lieu à répétition. Toutefois, en cas de divorce prononcé aux torts et griefs exclusifs de l’épouse, le tribunal pourra en ordonner la restitution partielle ou totale >>.

Par ailleurs, cette loi,  impunément violée depuis des décennies, ne mérite-t-elle pas d’être légalisée?

 

Olivier Gbadié

 

Vos commentaires
Lire plus

Societe

Médias : Bientôt une convention UNJCI-CERCOM pour la formation des journalistes

Publié

le

Facebook
Temps de lecture : 1 minute

Une convention de partenariat entre l’Union nationale des Journalistes de Côte d’Ivoire (UNJCI) et le Centre d’Etudes et de Recherches en Communication (CERCOM), une structure spécialisée basée au sein de l’Université Félix Houphouët-Boigny d’Abidjan (UFHB), sera bientôt effective. Les deux parties se sont rencontrées le jeudi 10 octobre 2019, pour envisager les termes d’un protocole d’accord devant formellement les lier.

La délégation de l’UNJCI était conduite par son président Jean-Claude Coulibaly. Il avait à ses côtés, la Secrétaire générale Monique Kacou, le 3e Vice-président chargé de la supervision de l’administration Tche Bi Tche, le 5e vice-président chargé des TIC et du Press club, Christophe Koffi et le Conseiller chargé des TIC et des affaires socio-culturelles, Moïse Yao Katumbi. Quant à la délégation de l’université FHB, elle était composée du président de ladite université, Pr. Abou Karamoko et de ses deux vice-présidents, ainsi que le directeur du Cercom, Pr. Toa Jules.

Source: Vue sur la page Facebook de Tche Bi Tche (3e Vice-président chargé de la supervision de l’administration)

Vos commentaires
Lire plus

ça été l'actu