Nous rejoindre

Médias

Les professionnels des médias réfléchissent à la mise en place d’une plateforme de lutte contre les nouvelles fausses

Publié

le

Photo: AIP
Temps de lecture : < 1 minute

Sous l’impulsion du ministère de la Communication et des Médias, une rencontre a été organisée, vendredi, au Cabinet, pour la création et la mise en œuvre d’un cadre de partage pour la vérification des faits en Côte d’Ivoire, plus particulièrement dans le milieu de la presse en ligne et des réseaux sociaux.

Cette séance, présidée par le Directeur de Cabinet, Adou Martial, a permis aux participants d’adopter ce principe, car il convient de noter que toutes les informations diffusées par le biais des médias, particulièrement des réseaux sociaux, ne sont pas toujours exactes, sont exagérées, totalement ou partiellement dénaturées. D’où l’impérieuse nécessité de la mise en place d’un espace de vérification des faits (fact checking),…

 

Source : AIP

Vos commentaires

Médias

Camille Combal dévoile enfin les raisons de son départ de C8

Publié

le

Camille Combal/ TF1
Temps de lecture : < 1 minute

Le lundi 27 janvier dans Touche pas à mon poste, Cyril Hanouna s’est fait interviewer par son invité Jean-Jacques Bourdin. Un entretien vérité lors duquel il a expliqué la raison du départ de Camille Combal sur TF1.

En avril 2018, Camille Combal annonçait son intention de quitter Touche pas à mon poste. Et c’est, au premier abord, une incompatibilité professionnelle qui semblait être à l’origine de son départ : « C’est ma sixième année de TPMP. Je pense qu’il faut se renouveler et faire de nouvelles choses. J’aurais aimé grandir dans l’émission. C’est ce qui devait arriver cette année. […] Malheureusement, ça ne s’est pas fait » expliquait-il à Puremédias. Si à l’époque, Camille Combal ignorait encore tout de l’avenir qui l’attendait, c’est finalement chez TF1 que l’étoile montante de C8 finissait par atterrir. Aujourd’hui à la tête d’émissions telles que Danse avec les starsou encore Mask Singer, il n’a pas à regretter son choix.

Un gros chèque

Voir son poulain partir n’a néanmoins pas laissé de marbre Cyril Hanouna. L’animateur de Touche pas à mon poste a d’ailleurs profité de la présence de Jean-Jacques Bourdon, son invité de ce lundi 27 janvier, pour reproduire la mythique interview du journaliste sur RMC et révéler, sans filtre, la véritable raison du départ de Camille Combal : « L’argent. Je ne suis pas TF1, a indiqué Cyril Hanouna. Je crois qu’il avait un rêve, c’était d’aller à TF1. J’aurais aimé qu’il reste avec nous. On lui a fait des belles propositions ». Malgré la présence de l’animateur de la Matinale de Virgin Radio chez son pire ennemi, le trublion de C8 n’exclut pas de retrouver son ex-acolyte : « Peut-être qu’un jour on le rejoindra. Mais pas à TF1, à côté ». Une séquence à retrouver sans plus attendre dans notre vidéo.

Voici.fr

Vos commentaires
Lire plus

Médias

La Côte d’Ivoire 3è pays dans le monde ayant le plus d’abonnés de Canal+

Publié

le

Temps de lecture : < 1 minute

La Côte d’Ivoire est devenue aujourd’hui le troisième pays dans le monde ayant le plus d’abonnés du Groupe Canal+ après la France et la Pologne, a annoncé jeudi à Abidjan, Jacques Du Puy, le président du Groupe Canal+ International au terme d’une audience avec le président ivoirien Alassane Ouattara.

«La Côte d’Ivoire est devenue le troisième pays aujourd’hui en termes de nombre d’abonnés de Canal+ dans le monde. Le premier pays, c’est encore la France, le deuxième c’est la Pologne et ensuite la Côte d’Ivoire. Donc c’est à la fois avec beaucoup de fierté que nous partageons ces informations», a dit M. Du Puy à la presse, indiquant avoir abordé avec le numéro un ivoirien la situation du Groupe Canal+ dans son ensemble.

Lire aussi La TV se regarde désormais mobile

«Nous allons lancer la plateforme My Canal enrichie en Afrique dans le deuxième semestre de l’année», a-t-il poursuivi, confirmant la volonté de son Groupe à être un support qui développe des contenus africains.

«Nous allons investir beaucoup dans la technologie. Nous avons parlé de la volonté du Groupe Canal+ de développer des contenus locaux non seulement en France, mais également en Afrique et particulièrement en Côte d’Ivoire», a conclu Jacques Du Puy.

APA

Vos commentaires
Lire plus

Médias

21ème édition de la Nuit des EBONY : Le Président de l’UNJCI interpelle à nouveau le Chef de l’État ivoirien

Publié

le

Jean-Claude Coulibaly, UNJCI/Photo: Autre presse
Temps de lecture : 3 minutes

Au delà de l’aspect festif que suscite la cérémonie de distinction des meilleurs journalistes de la Communication chaque année, Jean Claude Coulibaly, l’actuel président de l’UNJCI, a profité de cette 21ème Édition pour interpeller à nouveau l’État ivoirien afin qu’il accroisse son aide au secteur de la presse en Côte d’Ivoire.

C’est un discours de plaidoyer qu’a tenu à livrer l’actuel président J.C. Coulibaly en prenant la parole devant le parterre de journalistes, professionnels de médias et autorités gouvernementales, qui ont pris part à cette 21ème édition de la Nuit de la Communication tenue à Yamoussoukro samedi 18 Janvier dernier.
Du haut de la tribune de l’hôtel Président de la capitale politique ivoirienne, le président de l’UNJCI n’a pas manqué d’attirer l’opinion sur les dangers qui guettent le secteur de la presse en Côte d’Ivoire si rien n’est fait.
“La presse ivoirienne est dans un état comateux. La rude concurrence des nouveaux médias, notamment le numérique a créé un environnement étouffant et de précarité intenable qui ont pour conséquences directes, la baisse drastique des ventes des journaux et le tarissement des recettes publicitaires” a rappelé d’entree de jeu J.C. Coulibaly.
“Le chemin de Golgotha est parsemé de titres qui, à peine nés, ont aussitôt rendu l’âme. Ceux qui ont survécu vivent aujourd’hui dans la hantise du glas annonciateur du passage de la grande faucheuse. Comme chaque année, les journalistes qui se sont illustrés par la qualité de leur travail seront célébrés au cours de cette soirée dédiée à l’excellence. C’est une occasion de réjouissance qui ne saurait cependant occulter les dures réalités auxquelles les journalistes et les entreprises de presse sont confrontées au quotidien. En effet, après l’euphorie des années 90 où il y a eu un foisonnement de titres qui a fait dire à certains observateurs que la Côte d’Ivoire connaissait son « printemps de la presse, la presse ivoirienne vit aujourd’hui le lendemain de la gueule de bois” a poursuivi le Président de l’UNJCI.

Après avoir salué les efforts de l’État ivoirien qui apporte un soutien aux entreprises de presse à travers le FDSP, il a souhaité une augmentation de cette aide pour véritablement sauver ce secteur confronté à la concurrence due à l’avènement du numérique.

Il a cité en exemples certains pays africains comme le Sénégal, le Burkina Faso, le Mali, qui octroient un budget conséquent au domaine de la presse de leur pays, avant de charger les représentants du gouvernement ivoirien de transmettre les doléances au Président de la République.
“Notre profession est en danger. Nous sommes devenus tous, autant que nous sommes, des chômeurs en sursis. Il nous faut impérativement sortir des sentiers battus. Repenser de nouveaux modèles économiques en adéquation avec les défis nouveaux et l’environnement en mutation croissante de l’écosystème de l’information. Aujourd’hui, avec un simple Smartphone et une connexion internet, le premier venu s’improvise en journaliste”, a déploré l’orateur.

Pour le président Jean Claude Coulibaly, “cette situation doit tous nous interpeller et nous amener à réfléchir pour trouver des solutions pérennes aux maux qui minent notre secteur d’activité. D’où le choix du thème : Quel appui aux médias pour un journalisme responsable et de qualité.”

Lire aussi Yamoussoukro accueille la 21ème Nuit des Ebony

Comme solution directe, il préconise l’octroi d’un fonds qui correspond au 0,01% du budget annuel de l’État, soit 8 milliards de francs CFA . Et ce, afin de permettre au secteur de la presse de jouer pleinement son rôle d’informateur, d’éducateur de la société et de demeurer indépendante à l’image des partis politiques qui bénéficient d’un financement conséquent chaque année.

Étaient présents à cette soirée de la Nuit des Ebony, Madame la ministre du Plan, Nialé Kaba, Représentante de Monsieur le Premier ministre, chef du gouvernement, ministre du Budget et du Portefeuille de l’Etat, Son Excellence Amadou Gon Coulibaly, parrain de la 21e édition de la soirée des Ebony, Monsieur Amédée Koffi Kouakou, ministre de l’Equipement et de l’Entretien routier, invité d’honneur de l’UNJCI à cette cérémonie de la Nuit de la communication, Monsieur Sidi Tiémoko Touré, ministre de la communication et des Médias, porte-parole du gouvernement.

Cette édition a vu le sacre de plusieurs journalistes de la presse écrite, de la radio, de la Télé. Le prix du ” Super EBONY 2019″ est revenu à Serge Kolea de RTI1.

Source: José TÉTI

Vos commentaires
Lire plus

Médias

Le 06 décembre 2006, lancement de la chaîne de télévision française “France 24”

Publié

le

Le 6 décembre 2006, lancement de la chaîne de télévision française "France 24"
Temps de lecture : 2 minutes

Tout commence en 1987 lorsque le Premier ministre Jacques Chirac confie au député Michel Péricard une mission d’étude sur la politique audiovisuelle de la France.

Le rapport conclut à la désorganisation, le manque d’efficacité, et la dispersion des acteurs de l’audiovisuel extérieur (qui compte RFI depuis 1975, et TV5 Monde et RFO depuis 1982). Une année après, ils se décident de mettre en place “Canal France International” (CFI), qui est en fait une banque de programmes en français destinés à l’étranger et en particulier l’Afrique.

Mais la guerre du Golfe de 1990 à 1991, couverte en direct par CNN International, révèle la puissance de la chaîne américaine, créée dix ans plus tôt. Cette dernière montre qu’une chaîne d’information en continu peut influencer l’opinion publique et politique : c’est le décrié “effet CNN”.

Des hommes politiques se mettent alors à demander la création d’un “CNN à la française”. Plusieurs projets seront présentés aux responsables politiques français jusqu’à ce que, en 2002, Jacques Chirac, devenu Président, relance le projet de chaîne française d’information internationale. Il en fera d’ailleurs l’une de ses priorités, poussé par une actualité internationale forte avec les attentats du 11 septembre 2001 et la guerre d’Afghanistan (2001-2014).

En 2003, plusieurs missions se mettent à travailler sur la création d’une chaîne d’information. Et le 4 juillet 2006, après avoir testé une liste de 200 noms dans 7 pays et régions du monde, il est annoncé que la chaîne d’information internationale s’appellera “France 24”.

Et ce 6 décembre 2006, France 24 commence à émettre à 20h29 sur le câble, le satellite et l’ADSL. Elle diffuse en français et en anglais, en Europe, en Afrique, au Proche et Moyen-Orient, et dans les villes de New York et Washington, touchant ainsi près de 75 millions de foyers dans plus de 90 pays.

Aujourd’hui, France 24 est diffusée 24h/24, 7j/7 dans 253 millions de foyers à travers 177 pays sur les 5 continents. A cette diffusion continue, s’ajoute 71 millions de foyers qui la reçoivent partiellement grâce à des accords de reprise partielle avec des diffuseurs nationaux.

 

Correspondance particulière.

Vos commentaires
Lire plus

ça été l'actu