Nous rejoindre

Politique

Marcel Amon Tanoh repond à Soro

Publié

le

Autre/ Marcel Amon Tanoh et son communiqué
Temps de lecture : 1 minute

« Le ministère des Affaires étrangères dément formellement les allégations de Monsieur Guillaume Kigbafory Soro tendant à incriminer les autorités ivoiriennes », ont écrit, dans un communiqué non signé des services de Marcel Amon-Tanoh.

Samedi les allégations de Soro étaient les suivantes, parlant de la scène avec des policiers espagnols :  » Ils ont discuté, discuté et après ils sont partis. Il y a un parmi eux qui parlait français qui me dit  » monsieur Soro, je vais vous donner un conseil, appelez votre ambassadeur pour voir avec Interpol ». Je réponds, donc mon ambassadeur est informé ? Il dit non je ne t’ai rien dit, mais essaie de voir Interpol. J’ai des connaissances à Interpol Lyon et je les ai appelés. Le siège n’était pas informé. J’ai écrit à l’ambassadeur d’Espagne en Côte d’Ivoire. Il m’a répondu qu’il n y a rien ».

Marcel Amon-Tanoh et ses services, axent leur démenti sur deux points. « Le représentant officiel de la Côte d’Ivoire en Espagne, l’ambassadeur Jean Roger Kouadio Bouaffo (qui a présenté ses lettres de créances, seulement en juin, NDLR), n’a nullement été informé de la présence de Monsieur Guillaume Kigbafori Soro, sur le territoire espagnol. Il ne l’a appris qu’à travers les déclarations de Monsieur Guillaume Kigbafori Soro, sur les réseaux sociaux ».

 

AfrikSoir

Vos commentaires

Politique

Le RDR offre 20 millions FCFA à la veuve de Camara Yêrêfê dit H

Publié

le

Camara H, tué en 2003, lors de la rébellion ivoirienne
Temps de lecture : 1 minute

L’on se souvient que Camara H, militant actif du RDR à l’époque avait été assassiné un jour de l’année 2003 à Abidjan, au plus fort de la rébellion.

Sa veuve Nabintou Sy Savané aurait reçu récemment la somme de 20 millions FCFA de la part du RDR, parti au pouvoir dont son mari Camara H était militant actif.

Mort en 2003, aux heures de braises de la rébellion, aucune enquête n’a été jusque-là diligentée pour établir les circonstances de sa mort tragique. Sa veuve, Nabintou Sy Savané, oubliée depuis tout ce temps, vivait dans une précarité et un denumement inommables, dans un sous quartier de la commune d’Abobo, à Abidjan.
Vendeuse ambulante de son état, avec une bassine de dessous masculins sur la tête, cet argent qu’elle viendrait de recevoir pourrait lui faire oublier un tant soit peu ses peines plus que décennales.

Il faut ajouter qu’au moment de son assassinat H, qui était comédien et membre de l’équipe d’acteurs de l’émission satirique ” Faut pas fâcher ” et occupait le poste préfet pour le compte de la rébellion à Bouaké, selon des informations.

Par ailleurs, d’aucuns qualifient ce don de récupération politique qui vise à couper l’herbe sous les pieds de Soro Guillaume, qui pourraient exploiter ou dénoncer les erreurs politiques du RDR, dont le cas H, depuis 2011, afin de affaiblir ce parti devenu RHDP, pour mieux l’affronter aux élections de 2020.

 

Olivier Gbadié

Vos commentaires
Lire plus

Politique

Un proche de Soro menace: ” Nous allons casser les papos”

Publié

le

Facebook de mamadou Traoré, proche de Soro Guillaume
Temps de lecture : 3 minutes

Mamadou Traoré, ancien directeur de l’infs et l’un des proches et fidèles lieutenants de Soro Guillaume, annonce sur sa page Facebook que l’ancien président de l’Assemblée Nationale de Côte d’Ivoire fera beaucoup de révélations sur la rébellion et la responsabilité du RDR dans celle-ci. Et des responsabilités personnelles seront situées concernant  certains cadres du désormais RHDP, dans ladite rébellion.

<< J’avais averti,il y a quelques jours, lorsque j’ai dit que le moment viendra où Guillaume Soro parlera. Où il videra son ventre de calao.
Ce moment là est arrivé.
En effet, à doses homéopathiques, Guillaume Soro fait des révélations qu’il a avait gardé enfouies dans son ventre profond.
Et ces révélations commencent à déranger beaucoup de personnes.
Surtout nos clients du Restaurant.

Après s’être posé des questions sur son silence de ces derniers temps, ce sont les mêmes qui trouvent aujourd’hui qu’il parle un peu trop ces temps ci.
Les ivoiriens ont soif de vérité.
Ils veulent savoir pour se libérer.
Pendant plusieurs années, Guillaume Soro a gardé le silence sur certains événements qui ont marqué la vie du pays.
Il s’agit par exemple de la casse des agences de la Bceao en ex zone CNO, de la mort d’IB en Avril 2011, de la mort de Désiré Tagro etc.
Il a gardé le silence pour protéger ses partenaires politiques d’hier que sont les gens du RDR.

Comme aujourd’hui ils ont décidé de salir son image avec certains faits dont ils sont les plus grands bénéficiaires aujourd’hui, Guillaume Soro a décidé de parler. De donner sa part de vérité, et de situer les responsabilités.
Il a décidé de retirer le voile de protection qui couvrait ses anciens partenaires du RDR.
Il a décidé de parler parce qu’on l’a poussé à bout.
Il a décidé de parler pour démontrer aux ivoiriens qu’il n’est pas le monstre que l’on veut présenter.
Le monstre se trouve dans le camp de ses adversaires politiques actuels.
En effet, derrière leurs faces d’ange, se cachent des monstres d’une laideur satanique.

Lui, Guillaume Soro, pendant des années, a accepté de prendre des coups pour eux., afin de les protéger.
Aujourd’hui qu’ils ont décidé de l’attaquer sur des choses dont ils sont eux même responsables et les grands bénéficiaires, il a décidé de parler et de dire sa part de vérité.
Des vérités qui risquent de les éclabousser à jamais.
Qu’ils continuent de le pousser à bout.
Il ira jusqu’au bout.
Et le bout du tunnel ne sera pas vu par eux de si tôt.
Courage à eux dans leur tentative de salir Guillaume Soro.
Après cela, qu’on ne vienne pas dire qu’il a manqué de respect à quelqu’un, qu’il est en train de livrer des secrets qu’il ne fallait pas dévoiler.

Tout le monde peut attaquer Guillaume Soro sur la rébellion et ses conséquences, sauf les gens du RDR qui en ont largement bénéficié.

J’avais dit il y a quelques mois que si on nous provoque nous allons casser les papos.
Notre silence n’est pas signe de faiblesse ou de culpabilité.
Trop de cadavres sont enfouis dans les placards de nos gens du RDR.
Qu’ils se gardent de nous les amener à les ouvrir.
En ce moment Guillaume Soro n’a dit qu’à peine 10% de ce qu’il sait et de ce qu’il sait d’eux.
Qu’ils se gardent de le provoquer.

Le jour où Guillaume Soro décidera de parler, de tout dire,ce jour là des mythes tomberont.
Ce n’est pas fortuit que des gens ont interpellé certains Chefs d’État, amis à Guillaume Soro, afin qu’il ne parle pas de certains.
Ils savent les cadavres qu’ils ont enterrés ensemble.
Maintenant si c’est lui qu’il veulent accuser pour se faire passer pour des saints, Guillaume Soro parlera. Et le monde s’effondrera pour certains.

A bon entendeur salut >>, a-t-il asséné.

 

Olivier Gbadié

Vos commentaires
Lire plus

Politique

Soro repond à Mamadou koulibaly : “J’ai envoyé des messagers aux partisans de IB pour qu’on se reconcilie”

Publié

le

Depuis Londres, Soro Guillaume répond à Mamadou Koulibaly
Temps de lecture : 1 minute

Réponse du berger à la bergère pourrait-on dire. Guillaume Soro, président du Comité politique a répondu, samedi 9 novembre 2019, depuis Londres, au Pr Mamadou Koulibaly relativement à la proposition qu’il a faite de réconciliation au Front populaire ivoirien (Fpi).

« J’ai vu qu’après mon discours de Milan, où j’ai demandé la réconciliation, que tous les acteurs s’impliquent dans la réconciliation, à commencer par moi-même, j’ai invité Gbagbo et son camp, j’ai vu que le Pr Mamadou Koulibaly a dit qu’il faut que Guillaume Soro commence à réconcilier son propre camp. J’accepte son conseil et je lui dis merci », a humblement riposté Guillaume Soro.

Avant d’ajouter; « Je veux juste l’informer qu’il y a cinq ans j’ai commencé la réconciliation dans mon propre camp, ce n’est pas tout qu’on dit. Avec les partisans d’IB, j’ai envoyé des messagers pour qu’on se réconcilie ».

Guillaume Soro dit avoir goûté au bienfait du pardon et voudrait ne pas le garder pour lui seul. « Quand j’ai commencé ça chez moi, j’ai vu que c’était bien, parce que quand tu vois quelque chose qui est bien, il ne faut pas le garder pour toi seul. Il faut poursuivre cela, il faut qu’on se réconcilie ».

 

Autre presse

Le titre est de la rédaction de firstmagazine.net.

Vos commentaires
Lire plus

Politique

Depuis Londres, Soro Guillaume prévient: ” Ne me dites pas que je n’ai pas tiré la sonnette d’alarme à temps”

Publié

le

Soro Guillaume à la chatham house de Londres
Temps de lecture : 3 minutes

Ce vendredi 08 Octobre 2019, à la Chatham House de Londres, le deputé de Férké et ancien président de l’Assemblée Nationale de Côte d’Ivoire a tiré à boulets rouges sur le regime Alassane Ouattara. Morceaux choisis de quelques propos.

 

« A présent, jouons à un jeu de devinette! Permettez-moi de vous poser quelques questions pour un champion à propos de mon pays.

1- Le saviez-vous ? Quel est le plus grand pays d’Afrique francophone dans lequel la liberté d’expression n’existe pas et qui ne possède aucun média audiovisuel privé ? C’est la Côte d’Ivoire.

2- Le saviez-vous ? Quel est le pays africain où le taux de suicide de la population est le plus élevé et le 5ème pays au plus fort taux de suicide au monde selon l’Organisation Mondiale de la Santé, OMS, dans un rapport publié en septembre 2019 ? C’est la Côte d’Ivoire.

3- Le saviez-vous ? Dans quel pays africain le Président de la République a nié pendant longtemps l’existence de prisonniers politiques, avant d’en libérer tout d’un coup plus de 1000 par ordonnance d’amnistie le 6 août 2018, tout en laissant d’autres centaines de prisonniers dans ses cachots ? C’est la Côte d’Ivoire.

4- Le saviez-vous, dans quel pays d’Afrique francophone a des pratiques de parti-Etat où tout haut cadre de l’administration qui n’est pas membre du parti au pouvoir est viré de son poste, et dans quel pays limoge-t-on à outrance tout cadre important de l’administration qui adhère à un parti d’opposition ? C’est la Côte d’Ivoire.

5- Le saviez-vous ? Dans quel pays africain un député a-t-il été jeté en prison pour avoir publié un tweet ? C’est en Côte d’Ivoire.

6- Le saviez-vous ? Dans quel pays d’Afrique francophone la presse du pouvoir n’hésite pas à porter contre l’opposition des accusations délirantes de jihadisme sans le moindre début d’une preuve ?

Oui, Mesdames et Messieurs de la Chatham House,

Mon pays la Côte d’Ivoire risque à nouveau de brûler : des militants de l’opposition y sont régulièrement menacés, bastonnés, kidnappés, arbitrairement emprisonnés, et même parfois assassinés, tel le jeune Noël Soro Kognon, tué le 7 juillet 2018 à Korhogo par des militants du parti de M. Ouattara pour avoir participé à une simple réunion associative, ou le jeune Coulibaly Lanciné, tué par les partisans de M. Ouattara le 14 octobre 2018 à Abobo ; les principaux syndicats de magistrats et d’avocats de Côte d’Ivoire se sont publiquement plaint des immixtions illégales et illégitimes du pouvoir Ouattara dans le fonctionnement de la justice ; les organisations de la société civile et les partis politiques de l’opposition y sont régulièrement traqués, harcelés, privés de leurs droits constitutionnels, empêchés de se réunir, mis à l’index dans l’opinion, menacés de représailles diverses, les leaders de l’opposition, tel moi-même, sont régulièrement menacés de coups et blessures, d’emprisonnements arbitraires, de procès en sorcellerie, et même d’assassinat par les officines et militants stipendiés du pouvoir Ouattara ! Derrière la vitrine Ouattara voilà ce qu’est devenu la Côte d’Ivoire. Vous avez bien entendu. Je ne parle pas de la Gambie de Yayah Jammeh mais de la Côte d’Ivoire.

Oui, mon pays, la Côte d’Ivoire risque à nouveau de brûler parce que le Président Ouattara, au mépris de l’histoire institutionnelle de notre nation, a décidé de s’octroyer le contrôle absolu de la Commission Electorale, dans laquelle il a essentiellement et unilatéralement nommé des membres et des obligés de son parti et de son régime ! Faisant fi d’une condamnation de la Cour Africaine des droits de l’Homme et des Peuples en date du 18 novembre 2016, le régime Ouattara fonce en effet tête baissée vers une énorme mascarade électorale en 2020, en piétinant les principes d’équité, de transparence, de confiance et de compétence qui doivent présider à toute organisation électorale dans nos jeunes démocraties.

Mon pays risque à nouveau de brûler – et ne me dites pas que je n’ai pas tiré la sonnette d’alarme à temps-, parce que le Conseil Constitutionnel, l’institution supposée énoncer le droit en dernière instance en Côte d’Ivoire est de nouveau confisquée par le pouvoir Ouattara et à ses ordres exclusifs. Mon peuple manque ainsi du recours et du secours pourtant indispensables d’une justice indépendante et rigoureuse. Bien sûr, pour masquer toute cette dérive dictatoriale, M. Ouattara finance à coups de millions d’euros des cabinets de lobbying qui polissent son image. Mais la lumière finit toujours par vaincre les ténèbres. »

 

Olivier Gbadié

Vos commentaires
Lire plus

ça été l'actu