Nous rejoindre

Agriculture

Une usine de transformation de noix de cajou bientôt implantée à Dabakala

Publié

le

Photo: AIP
Temps de lecture : < 1 minute

 Le préfet du département de Dabakala, N’Dri Yao Lazare, a annoncé l’implantation d’une usine de transformation de la noix de cajou à Dabakala.

Cette unité va générer plus de 200 emplois directs, selon le représentant du chef de l’Etat dans la cité du Djimini Djamala qui s’exprimait, mercredi, lors de la célébration du 59è anniversaire de l’indépendance de la Côte d’Ivoire.

Il a demandé aux paysans de faire confiance au président de la République. “Certes la filière a connu quelques difficultés ces deux dernières années. Mais le gouvernement a pris des mesures pour sauvegarder les intérêts des paysans”, explique-t-il. Il a invité à la population à œuvrer pour la paix pour que ces…

Lire suite ici: https://aip.ci/cote-divoire-une-usine-de-transformation-de-noix-de-cajou-bientot-implantee-a-dabakala/

Vos commentaires

Agriculture

Filière café-cacao : Les producteurs invités à adhérer au projet de recensement

Publié

le

DR
Temps de lecture : 1 minute

C’est à Podiagouiné, dans le département de Man, que le lancement de la campagne de sensibilisation des producteurs de café-cacao, s’est fait le 5 septembre, selon une note transmise aux médias.

Les treize régions productrices de cacao sont concernées par cette campagne menée par l’Association des producteurs et organisations agricoles de l’Ouest montagneux dont Obed Doua Blondé est le président. Devant les producteurs de la région, il a salué la volonté des Présidents ivoirien et ghanéen de fédérer leurs énergies pour offrir un prix rémunérateur aux producteurs de café-cacao.

« Mais cela passe, selon lui, par le recensement qui permettra à l’Etat de faire la planification du développement. Il a estimé que des opposants à ce projet écument les hameaux et villages des zones de production pour inciter les producteurs à ne pas se faire recenser », explique la note d’information.

« Il faut exclure la politique de ce projet de recensement des producteurs et de leurs vergers », a conseillé Obed Blondé Doua, au cours de cette campagne de sensibilisation.

Lancé en février 2019, le projet de recensement des producteurs et des vergers de café et de cacao, piétine. A la base, une désinformation à l’initiative d’individus qui sillonnent les campements pour dissuader les producteurs.

Pour faire face à cette situation, le président de l’Association des producteurs et organisations professionnelles agricoles de l’Ouest montagneux, avec le soutien du Conseil café cacao (Ccc), a initié une campagne de sensibilisation dans les 13 régions de production.

« Ce sont ceux qui plantent dans les forêts classées qui ont peur. Avec cette campagne contre le recensement, nous faisons du mal aux planteurs », fait remarquer Obed Blondé Doua. Le député de Man sous-préfecture, Blon Blaise, a rehaussé de sa présence cette cérémonie et invité les producteurs à adhérer à ce projet gouvernemental.

fratmat info

Vos commentaires
Lire plus

Agriculture

Des producteurs de Tabou mécontents de la mévente de l’hévéa

Publié

le

Photo: AIP/Une file de camions venus livrer leurs productions à la SOGB de Grand-Béréby
Temps de lecture : < 1 minute

Les producteurs d’hévéa de Tabou sont en colère depuis quelques jours à cause de la mévente de leurs produits et de l’instauration par la société des caoutchoucs de Grand-Béréby (SOGB), du système de “rendez-vous avant la vente”.

Selon eux, depuis quelques jours, la Société de caoutchouc de Grand-Béréby (SOGB) oblige chaque planteur à se présenter physiquement pour prendre d’abord un rendez-vous, avant de revenir livrer sa production.

“C’est vraiment difficile pour nous les planteurs villageois. Nous nettoyons nos plantations, nous payons nos saigneurs, nous achetons les intrants, le matériel agricole. Si en plus de cela, on nous impose un rendez-vous avant d’acheter nos produits, nous ne pourrons pas nous en sortir et nous croupirons sous le poids de la pauvreté”, a déploré un planteur du village Ménéké, Clarck Houandjé.

A les en croire, le manque de moyens financiers est un véritable souci pour les petits planteurs qui ne peuvent pas supporter les allées et venues à la seule société d’achat de caoutchouc naturel. Des difficultés qui poussent, selon eux, certains planteurs à brader leurs récoltes ou abandonner leurs plantations.

(AIP)

bb/ibo/fmo

Vos commentaires
Lire plus

ça été l'actu