Nous rejoindre

Histoire

USA : Pentagone, le plus grand bureau au monde

Publié

le

Autre
Temps de lecture : 1 minute

Le 11 septembre 1941, cérémonie de lancement des travaux de construction du “Pentagone” à Washington.

Les travaux avaient été lancés le 11 septembre 1941, sur le site de l’ancien aérodrome municipal de Washington, le “Hoover Field”, et du parc d’attractions voisin.

Après 2 ans de travaux, le bâtiment fut inauguré le 15 janvier 1943. Son nom provient de la forme de son plan, un pentagone. L’édifice abrite le quartier général du département de la Défense des Etats-Unis.

A ce jour, c’est le plus vaste immeuble de bureaux au monde, en termes de surface au sol. Constitué de 5 anneaux concentriques, il comporte 28 km de couloirs et a été construit avec du béton renforcé par une armature d’acier.

La construction du bâtiment, équipements extérieurs y compris,  a coûté, en 1941, 830 millions de dollars américains, qui ont été réévalués à environ 10 milliards de dollars en 2011.

Le bâtiment a une capacité de stationnement de 8.770 véhicules, 19 escaliers roulants, 13 ascenseurs, 284 salles de bain (deux fois plus nombreuses que les besoins actuels, mais prévues en raison des lois sur la ségrégation raciale en vigueur en Virginie, lors de la construction), 691 fontaines de boissons, 4.200 horloges installées, 16.250 lampes, 7.554 fenêtres, 25.000 lignes téléphoniques, avec 160.000 km de longueur des câbles téléphoniques.

Chaque jour, plus de 26.000 personnes y travaillent, parmi lesquelles des civils et des militaires.

Réécrit par Olivier Gbadié

Vos commentaires
Lire plus
Publicité

Histoire

Décès du deuxième Secrétaire Général de l’Organisation des Nations unies, Dag Hammarskjöld

Publié

le

Autre
Temps de lecture : 1 minute

Le 17 Septembre 1961, Dag Hammarskjöld, le deuxième secrétaire général de l’ONU, trouve la mort dans des circonstances qualifiées de “mystérieuses”, et qui n’ont jamais été élucidées jusqu’à ce jour.

L’avion de Dag Hammarskjöld s’était écrasé près de Ndola, en Rhodésie du Nord, (l’actuelle Zambie). Tout part de la guerre de sécession, en République démocratique du Congo. Lorsque Moise Tshombé proclame la sécession de la riche province du Katanga, l’ONU tente immédiatement une réunification du pays, à travers plusieurs rounds de négociations.

Cépendant, Moise Tshombé ne respectera jamais ses engagements de mettre fin à cette sécession. C’est ainsi  que l’ONU lançait des opérations armées, à partir de décembre 1960, mais, celles-ci soldèrent toutes par un échec total.

L’armée Katangaise, appuyée par les mercenaires et par une guérilla des gendarmes katangais, mobiles sur un terrain bien connu d’eux, firent mordre la poussière aux casques bleus et aux militaires de l’autre partie de la céssession, à savoir le gouvernement central de Léopoldville (Kinshasa).

C’est dans ce cadre que Dag Hammarskjöld décidait lui-même de prendre les choses en mains sur le terrain et de rencontrer en personne Moise Tshombé. Le rendez-vous fut donc pris à Ndola, en Zambie, le 17 septembre 1961. L’avion Douglas DC6 B décolla de Léopoldville (Kinshasa) avec Dag Hammarskjöld à son bord et arriva à Ndola où l’attendaient plusieurs personnalités, dont Moise Tshombé.

Mais, l’avion survola tout simplement la piste de l’aéroport, puis reprit de l’altitude sans atterrir. Et le lendemain, on découvrit l’épave de l’avion écrasé à 11 km environ au nord-est de l’aéroport, avec tous ses occupants morts.

 

Réécrit par Olivier Gbadié

Vos commentaires
Lire plus

Histoire

Le 16 Septembre 2000: Werrasson remplissait Bercy Paris

Publié

le

Autre
Temps de lecture : 1 minute

L’artiste congolais, Werrason, devenait ce jour-là, le deuxième artiste-musicien africain à remplir la  mythique salle de Paris-Bercy, en France.

Ils sont, à ce jour, deux artistes-musiciens congolais, même si la polémique reste sur le concert de JB Mpiana qui n’avait pas réussi à le remplir totalement, à avoir réussi ce pari de remplir le Palais omnisports de Paris-Bercy.
D’abord, c’était Koffi Olomide qui, en février 2000, fit le plein des 17.000 places de Bercy, jusqu’à l’arrêt total de la vente de billet “Guichet fermé ou Sold Out”. Il fut rejoint dans ce classement par Werrason, sept mois après, devenant ainsi le deuxième africain à réussir ce pari. Une année après, en 2001, JB Mpiana avait tenté aussi, mais les événements du 11 septembre (les attentats des tours jumelles de la Word Trade Center) l’en avaient empêché.

Le Palais Omnisports de Bercy (devenu, depuis 2017, “L’Accor Hotels Arena”, est une vaste salle de 55.000 m², pouvant accueillir jusqu’à 17.000 spectateurs assis/debout et jusqu’à 20.300 assis/debout en version 360° avec la scène au centre de la salle.

Remplir le Bercy a toujours représenté un défi, et une consécration dans la carrière musicale d’un artiste. C’est pourquoi pour bon nombre d’artistes et de musiciens, se produire à la salle de Bercy représente l’apothéose de leur carrière.

Réécrit par Olivier Gbadié

Vos commentaires
Lire plus

Histoire

RDC: Le 14 septembre 1960, premier coup d’Etat militaire du colonel Joseph-Désiré Mobutu

Publié

le

Autre
Temps de lecture : 2 minutes

Tout commence le 5 septembre 1960, lorsque le Président Kasa Vubu et son Premier ministre Lumumba s’empoignent.

La dyarchie instaurée au sommet de l’Etat, entre le Président de la République et le Premier ministre, par la loi fondamentale (Constitution de 1960) élaborée par le parlement Belge, pour servir de cadre juridique provisoire, avant l’adoption d’une Constitution rédigée par les congolais eux-mêmes, élabore un système fédéral complexe. D’où la confusion qui régnait entre les deux hommes : Kasa Vubu qui prétend avoir révoqué Lumumba et Lumumba qui, à son tour, prétend avoir révoqué Kasa Vubu. Après une semaine de cacophonie au sommet de l’Etat, le Parlement congolais décida de se réunir le 13 septembre, en vue de statuer sur la crise et sa décision etait sans appel : Kasa Vubu et Lumumba doivent conserver leurs fonctions respectives.

Le lendemain, 14 septembre, en début d’après-midi, le Président Kasa Vubu réagit en désignant le colonel Joseph-Désiré Mobutu comme commandant en chef de l’armée. Quelques heures plus tard, à 20h30, Mobutu exécute son “premier” coup d’Etat. Il déclare la “neutralisation” des politiciens et affirme : “il ne s’agit pas d’un coup d’Etat, mais d’une simple révolution pacifique afin de rétablir l’ordre”.

Cependant, le Président Kasa Vubu est rappelé à la tête de l’Etat congolais. Le ministre-adjoint des affaires étrangères de l’URSS (Valerian Zorine) protestera auprès du secrétaire général des Nations Unies et Patrice Lumumba dénoncera le comportement de Mobutu… mais rien ne sera fait. En réaction, Mobutu fermera les ambassades des pays socialistes, l’Union soviétique et la Tchécoslovaquie, donnant 48h à leurs diplomates de quitter Léopoldville (Kinshasa).

Mobutu réclamera, par la suite, le retrait des troupes ghanéennes et guinéennes à cause de leur soutien direct à Lumumba. Quelques jours après, la traque de Lumumba était lancée.

Pour bien d’observateurs de la politique congolaise, ce coup d’Etat de Mobutu, ce 14 septembre 1960, marque un tournant de l’histoire congolaise, notamment l’assassinat de la jeune démocratie congolaise et le sabotage de l’indépendance congolaise acquise avec tant de sacrifices et souffrance.

 

Réécrit par Olivier Gbadié

Vos commentaires
Lire plus

Histoire

USA: Le 11 septembre 2001, attentats-suicides.

Publié

le

Autre
Temps de lecture : 1 minute

Le 11 septembre 2001, attentats-suicides aux États-Unis.

Ce jour-là, entre 8h14 et 10h03, quatre attentats-suicides sont perpétrés aux États-Unis par des membres du réseau djihadiste islamiste Al-Qaïda.

Ces attentats qui visaient des bâtiments symboliques du nord-est du pays, et qui ont fait plus de 2.900 victimes sont enclenchés vers 8h, lorsque dix-neuf terroristes détournent quatre avions de ligne.

Deux avions sont alors projetés sur les tours jumelles du World Trade Center (WTC) à Manhattan, New York, et un troisième sur le Pentagone (siège du Département de la Défense), à Washington DC, tuant toutes les personnes à bord et de nombreuses autres travaillant dans ces immeubles.

Les deux tours, dont les sommets culminaient à un peu plus de 415 mètres de hauteur, s’effondrèrent moins de deux heures plus tard, provoquant l’écroulement de deux autres immeubles. Le quatrième avion, volant en direction de Washington, s’écrase en rase campagne à Shanksville (en Pennsylvanie), après que des passagers et membres d’équipage, prévenus par téléphone de ce qui se passait ailleurs, ont essayé d’en prendre le contrôle.

Les attentats du 11 septembre 2001 ont toujours été considérés comme les plus meurtriers jamais perpétrés depuis le debut de l’Histoire.

En 2004, la Commission nationale sur les attaques terroristes avait publié les chiffres officiels suivants comme bilan de ces attaques : 6.291 personnes blessées et 2.973 personnes tuées, appartenant à 93 pays.

 

Réécrit par Olivier Gbadié

Vos commentaires
Lire plus

ça été l'actu