Nous rejoindre

Faits divers

Une étudiante tuée par son téléphone portable

Publié

le

Photo: Guinée Matin
Temps de lecture : 2 minutes

Le téléphone est effectivement la cause de la mort de Mabinty Alsény Soumah, jeune étudiante qui vivait avec sa famille à Kipé Dadia, un quartier chic de Conakry.

Comme annoncé précédemment, Mabinty Soumah, 23 ans, étudiante en 3ème année Administration des Affaires à l’Université UNIC de Conakry, est décédée à l’aube du samedi, 06 juillet 2019 dans des conditions particulières à Kipé-Dadia, dans la commune de Ratoma. C’est son téléphone portable qui aurait causé sa mort.

Après avoir accompagné leur première fille à sa dernière, Alsény Soumah et son épouse, Doussou Guilavogui, n’en reviennent toujours pas. La surprenante mort de Mabinty Alsény Soumah les laisse sous le choc. Sa mère, qui a passé la dernière nuit avec la défunte, a du mal à croire que sa fille et amie est partie à jamais.

« On a mangé ensemble à 23 heures ; puis, on est rentré se coucher. Peu de temps après, elle est descendue du lit, elle s’est couchée par terre. Quand je me suis levée à 6 heures du matin, j’ai essayé de la réveiller ; mais, elle était déjà presque morte. Son téléphone qui était branché se trouvait sur l’oreiller et elle avait la tête dessus. Je ne sais pas maintenant si elle parlait au téléphone ou pas. Quand je l’ai appelée, elle ne m’a pas répondu. J’ai essayé de la remuer, elle ne m’a pas répondu. Elle a seulement soupiré une seule fois ; et puis, c’était fini ! Elle n’a plus fait aucun signe de vie ! C’est alors que je me suis mise à crier et appeler au secours. Seulement, contrairement à ce que certains disent, le téléphone n’a pas explosé. Elle a quand même eu une blessure au niveau de l’oreille gauche et il y avait un peu de sang qui sortait de son œil. On l’a envoyée à l’hôpital ; et, quelques temps après, on m’a dit que ma fille est décédée », a-t-elle expliqué.

 

Lire la suite de l’article ici: https://guineematin.com/2019/07/08/mabinty-soumah-tuee-par-son-telephone-a-kipe-dadia-les-explications-de-ses-parents/

Vos commentaires

Faits divers

France: un Togolais surprend sa fille de 13 ans entrain de se masturber et fait malaise

Publié

le

Photo d'illustration
Temps de lecture : 1 minute

La triste scène a eu lieu à Pessac dans la ville de Bordeaux au sud de la France quand un homme d’origine togolaise, âgé d’une cinquantaine d’années a surpris sa fille de 13 ans entrain de se masturber dans son lit.
C’est la propre fille qui a alerté les secours.

Ce Togolais se remet à peine au CHU de la ville grâce à la rapidité des secours qui ont évité le pire. Selon les témoignages de son épouse, absente au moment des faits, il n’a pas pu supporter voir sa fille dans une situation obscène et impropre à l’éducation qu’il lui aurait donné
.
Téléphone portable en main, sa fille se masturbait toute nue en communication avec un garçon par vidéo appel. La fille, âgée de 13 ans qui a reconnu les faits et demandé pardon à ses parents, affirme qu’en le surprenant, son père a juste dit que ce n’était pas vrai à ses yeux avant de s’écrouler.

La maman, qui se trouvait hors du domicile a été informée par la propre fille avant de rejoindre le CHU de Bordeaux.

Arrivé du Togo, il y a une vingtaine d’années, l’homme est marié et père de trois enfants. C’est depuis une dizaine d’années que la famille s’est installée à Bordeaux.

Source : news-af.op

Vos commentaires
Lire plus

Faits divers

Trois élèves aux arrêts pour cambriolage au lycée moderne de Bangolo

Publié

le

Photo: AIP
Temps de lecture : 1 minute

Trois élèves ont été mis aux arrêts par la brigade de gendarmerie de Bangolo après avoir été surpris en plein cambriolage d’un bureau d’éducateurs au lycée moderne de la ville.

«Il s’agit d’un élève de 3ème, d’un autre de la classe de 4ème et d’un écolier qui vient d’avoir son entrée en sixième. Le proviseur les a mis à la disposition de la gendarmerie», a déclaré l’éducateur Bayé Aaron Delmas. Selon M. Bayé, dans la nuit du samedi au dimanche, les voleurs sont passés par le plafond en retirant quelques feuilles de contre-plaqué pour atterrir dans le bureau. Pendant que deux d’entre eux passaient les meubles aux peignes fins, le troisième jouait la sentinelle. Les bruits que faisaient…

Suite ici: https://aip.ci/cote-divoire-trois-eleves-aux-arrets-pour-cambriolage-au-lycee-moderne-de-bangolo/

Vos commentaires
Lire plus

Faits divers

Riviera: une comptable se jette du haut de son immeuble

Publié

le

Photo d'illustration Google
Temps de lecture : 2 minutes

Une scène bouleversante s’est produite à la Riviera-Palmeraie, dans la commune de Cocody. La scène d’une femme, dame Edwige Ahou Kouassi, comptable de son état, se jetant carrément du haut d’un immeuble. 

De nos sources, on apprend que depuis un certain temps, la comptable qui habite au 2ème étage d’un immeuble à la Riviera-Palmeraie, développe ces derniers temps, des tendances suicidaires. La faute à une dépression mentale à laquelle elle est en proie. Plusieurs fois, elle tente donc par divers moyens, de se donner la mort.

Mais fort heureusement, l’intervention prompte des siens, lui évite de commettre l’irréparable. Alors, pour ne pas qu’on n’en arrive à une situation dramatique, ses parents la tiennent à l’œil. Convaincus qu’ils sont une fois ils relâchent cette surveillance, elle pourrait accomplir cet acte désespéré.
Finalement, les choses semblaient aller pour le mieux. Ce qui rassure sa famille qui estime que les soins auxquels elle est soumise, ont fait leur effet et qu’il n’en valait plus la peine de penser au cas franchement malheureux de la conduire à l’hôpital psychiatrique de Bingerville.

Un hôpital craint par des familles qui enregistrent dans leurs rangs, des personnes atteintes de troubles mentaux et dont ces familles seront en définitive obligées de se débarrasser en ces lieux. Et ce en pensant à tort, que ça serait définitivement perdu pour leurs malades.
Mais alors que la confiance était totalement revenue de ne plus voir la comptable faire ses crises et se retrouver sur le chemin de l’asile psychiatrique, l’état mental de la pauvre Edwige Ahou Kouassi se dégrade. Et elle reprend à nouveau ses tendances suicidaires. Malgré les soins, les choses ne semblent pas véritablement avancer.
Nous en sommes là, quand dans la matinée du samedi 13 juillet 2019, quand profitant de la baisse de garde des membres de sa famille vivant avec elles sous son toit, la comptable va se tenir au balcon de son appartement sis au 2ème étage de son immeuble d’habitation.
Peu après, les siens s’en aperçoivent en la voyant au balcon où elle menace de se jeter dans le vide. Les autres la supplient de ne pas arriver à cet extrême. A coups de bagouts de tout genre, on pense la ramener à la raison. Que néni !
Devant la scène, le quartier est quasiment en ébullition. Que faire pour éviter ce drame ? Personne ne pouvant raisonner jusque là la pauvre femme, on pense alors à prendre des dispositions pour éviter le pire.
A cet effet, dans un élan de solidarité, les voisins sortent leurs matelas dans une véritable cohue, leurs matelas. Ceux-ci sont superposés à même le sol, au bas de l’immeuble.
Mais tout cela semble ne pas faire d’effet sur l’infortunée mère de famille qui plutôt, enjambe le balcon, pour se tenir cette fois, sur la petite bordure de la dalle. Là, on la voit faire une …

Lire suite ici: http://www.linfodrome.com/faits-et-mefaits/49828-riviera-une-comptable-se-jette-du-haut-de-son-immeuble

Vos commentaires
Lire plus

Faits divers

“Fologo” a été arrêté …

Publié

le

Photo : Google
Temps de lecture : 1 minute

Il est connu dans le village-quartier d’Abobo-Baoulé sous le sobriquet de « Fologo », à ne pas du tout confondre avec l’autre. Lui, c’est plutôt le cerveau des « microbes », l’homme très craint, que personne n’ose dénoncer, au risque de s’attirer les foudres de ses « lieutenants ».

Des comparses qui lui obéissent à l’aveuglette et à qui il confie des attaques ciblées contre ceux qui se disent courageux pour le dénoncer.

Mohamed dit « Fologo » et sa bande sont ceux qui font la loi, leur loi, à Abobo-Baoulé. Ils attaquent de jour comme de nuit, sans être inquiétés. Sur leur lancée, nos sources indiquent qu’ils vont même jusqu’à sévir hors des limites de leur « zone de compétence ».

Excédé cette fois par les agressions commises par le gang à « Fologo », le commissaire Tiégnon, chef de service du commissariat de police du 34e arrondissement, à Abobo-Baoulé, se montre déterminé à y mettre fin.

En bon « chérif » du coin, il mobilise ses hommes avec lesquels il mène l’opération dite « Éclair ». Et en une seule nuit, l’intrépide et téméraire Mohamed dit « Fologo » tombe. Il est chopé dans la nuit du jeudi 4 juillet 2019.

Pour ses comparses contre lesquels une traque est engagée, leur arrestation ne tient plus qu’en quelques heures seulement, insistent les agents des forces de l’ordre. Eux qui ont listé tous les mouvements de ces petites pestes.

 

Source : Linfodrome

Vos commentaires
Lire plus

En bref